LA CULTURE DU ROTARY

Blog de Serge GOUTEYRON

LA CULTURE DU ROTARY - Blog de Serge GOUTEYRON

24 octobre journée mondiale pour l’éradication de la poliomyélite

Par Serge Gouteyron

Le  Rotary au service de l’humanité !

Le Rotary a été la conscience et l’avocat du combat contre le virus de la poliomyélite. C’est en 1985, année du 40ème anniversaire de l’ONU et du 80ème anniversaire du Rotary  que Carlo Canseco, Président du Rotary annonça devant les chefs d’états du monde réunis à l’assemblée générale des Nations Unies que le Rotary prenait l’engagement de vacciner 80% de la population mondiale.

canseco-sabin

Il y avait en 1985 : 400 000 cas de polio, il y en a 106 à fin septembre 2016 dans 8 pays : Pakistan, Afghanistan, Nigeria (pays endémiques) et Guinée, Laos Madagascar, Myanmar Ukraine.

Mais vacciner 450 millions d’enfants de moins de 5 ans chaque année dans 45 pays, ce n’est pas rien et cela a un coût.

Le Rotary International a contribué par son plaidoyer  à rassembler 13 milliards de dollars (le Rotary apportant lui-même directement 10% de cette somme).

Mais ce que nous devons souligner c’est que grâce au leadership du Rotary, l’initiative PolioPlus, qui regroupent le centre de santé des Etats Unis, l’OMS, l’UNICEF et les organisations non gouvernementales (Rotary et Fondation Gates)   va permettre de vaincre une maladie aussi redoutable que la poliomyélite et au Rotary de laisser aux enfants un monde sans polio.

Ceci pour dire en ce jour de célébration que le monde se porterait mieux si les Etats, les institutions et les ONG travaillaient ensemble plus souvent comme ils ont su le faire  pour éradiquer la polio.

bad17442-28ca-479a-8c14-57254f45feea-original

Un enseignement pour l’avenir !

Avec l’espoir que de telles initiatives se renouvellent par exemple pour la réalisation des objectifs 2030 des Nations Unies.

15151787404_52de615cd7_n

23 octobre : journée mondiale de l’éradication de la polio

Par Serge Gouteyron

Nous avons des raisons d’être optimistes.

poliolille

Car nous sommes prêts d’en finir avec la poliomyélite. L’échéance est attendue pour 2018/2019.

Nous rotariens qui avons été les pionniers du combat contre ce virus dès 1973 (au Guatemala puis  en 1978 aux Philippines) – (Président RI Clem  Renouf).

HISTOIRE

C‘est également en 1978 qu’un  médecin rotarien, Robert Hingston, imaginera un rotary dont le réseau de professionnels de la santé pourrait contribuer à éviter la mort à des milliers d’enfants.

Puis en  1981, d’une consultation auprès des rotariens à laquelle 3000 d’entre eux répondirent dont le docteur John Sever qui est toujours actif comme vice-président du comité international Rotary Polio Plus, il ressortit que le programme de l’éradication de la polio aurait la faveur des rotariens (Président RI Rolf Klärich).

Dans la suite, en 1982, le Conseil d’Administration décida de vacciner tous les enfants d’ici le centenaire du Rotary en 2005 (Président RI Stanley Mac Caffrey).

En 1985, à l’occasion du 80ème anniversaire du Rotary, les rotariens présentèrent aux Chefs d’Etats réunis à l’ONU pour son 40ème anniversaire leur objectif de vacciner 80% de la population (Président RI Carlos Canseco).

Et le 23 février 1988, 15 ans après la 1ère action de vaccination, à la convention à Philadelphie, l’OMS, Organisation Mondiale de la Santé, déclarera officiellement son objectif d’éradication de la polio (Président RI Charles Keller).

L’UNICEF et le Centre de Santé des Etats Unis se joindront alors au Rotary et à l’OMS pour constituer l’initiative mondiale d’éradication de la polio.

Et il y a quelques années, la Fondation Bill et Melinda Gates apportera au groupe de départ toute la puissance de sa fondation en finances et en expertise

LA MALADIE

polio

La poliomyélite est une terrible maladie. Ce n’est que depuis 2002 qu’il n’ y a plus de cas en Europe  pourtant nous avons comme très souvent des cas de polio dans nos familles ou parmi nos proches.

Le virus  pénètre par la bouche.

La contamination se fait par contact direct entre personnes, propagé par le manque d’hygiène et l’insalubrité

Le virus s’attaque au système nerveux. Il détruit les neurones de la moelle épinière et le tronc central qui commande  les muscles.

La paralysie s’installe qui  oblige parfois  de vivre avec un poumon d’acier ou dans des corsets.

Les Docteurs Salk et Sabin aux Etats Unis  ont développé les vaccins :  l’un injectable, l’autre oral qui allaient être déterminants pour vaincre la maladie.

LES RESULTATS

De 400 000 cas par an en 1985,  nous sommes cette année à moins de 50 cas dans 2 pays le Pakistan et l’Afghanistan puisqu’il n’y a eu qu’il seul nouveau cas au Nigeria depuis juillet 2014 alors qu’il y avait encore 500 cas en 2013.

Toutefois les conflits et des déplacements de population ont entrainé ici et là au Moyen Orient, dans les zones de conflits  dans la Corne de l’Afrique, en Afrique de l’Ouest et Centrale, à Madagascar  et en Ukraine la réapparition sporadique du virus.

Pourquoi le virus est en train d’être vaincu

polio-affiche-210x300

Il y a 2 raisons essentielles :

Les financements publics et principalement du G8  ont fourni au cours de ces 27 années à peu près 13 milliards de dollars pour monter les campagnes et les journées de vaccination

Le financement privé représente 20% mais surtout le Rotary a mis en place au travers de la fondation et depuis 20 ans une action de plaidoyer auprès des Etats très efficace.

La deuxième raison est que la couverture de la vaccination n’a cessé de s’améliorer passant de 70% à 90%.

Et ce n’est pas rien lorsque l’on sait qu’il s’agit de vacciner 450 millions d’enfants de moins de 5 ans dans 45 pays chaque année.

En Inde, c’est prodigieux : une journée de vaccination c’est 650 000 points de vaccination, 225 millions de doses et 3 millions de vaccinateurs.

Et maintenant

On chiffre à 3 milliards de dollars les besoins pour le financement public

Ils ont été promis à la conférence d’Abou Dabi en 2013.

La générosité des rotariens elle est attendue à hauteur de 1 500 dollars par club

Par ailleurs des 3 virus, dépistés, il n’en existe plus qu’un seul

La mise en place du vaccin injectable plus efficace et plus sûr

Un des tabous au Pakistan et en Afghanistan comme quoi le vaccin serait contre l’Islam semble levé comme pour le moment les équipes de vaccination n’ont plus à connaitre d’assassinat.

Et surtout, l’éradication de la polio engendrera 50 milliards de dollars d’économie dans les 20 prochaines années

Conclusion

Gardons à l’esprit cette belle pensée de James Grant un ancien directeur de l’UNICEF : « le Rotary a été la conscience de l’éradication de la polio »

Notre plaidoyer après des gouvernements, notre force de frappe sur le terrain, nos contributions financières personnelles, celles des clubs et des districts font du combat du Rotary pour vaincre le virus de la Polio un combat historique …

Nous sommes fiers d’être  la génération de l’éradication,  – l’initiative de santé publique la plus importante au monde –  mais rendons hommage à la génération qui nous a précédés qui a osé lancer le défi : laisser aux enfants un monde sans polio.

L’éradication de la polio restera à jamais attachée à  l’action du Rotary.

Avec Watteau contre la Polio le samedi 24 octobre 2015

Polio : un an sans nouveau cas de souche sauvage au Nigeria

Par K.R. « Ravi » RAVINDRAN
Président du Rotary International,
et Ray KLINGINSMITH
Président du conseil d’administration de la Fondation Rotary 

Mes chers amis,

Aujourd’hui, 24 juillet, marque une date importante pour le Nigeria dans son combat contre la poliomyélite. Une année vient en effet de s’écouler sans qu’aucun cas de cas attribué au poliovirus de souche sauvage n’ait été déclaré dans le seul pays endémique du continent africain.

imagepolio

Quel chemin parcouru depuis les années sombres de la polio en Afrique. En 2005, 12 631 personnes avaient contracté cette maladie – les trois-quarts des cas enregistrés dans le monde.

Nous éprouvons une immense fierté envers les membres du Rotary qui ont versé au total 688,5 millions de dollars en faveur des efforts d’éradication en Afrique, dont plus de 200 millions ont été affectés à notre travail au Nigeria. Nous félicitons les Rotariens d’Afrique et du reste du monde qui ont consacré d’innombrables heures à vacciner des enfants pour qui désormais la poliomyélite ne sera jamais plus une menace.

L’impact du programme PolioPlus se fait aujourd’hui sentir bien au-delà de l’éradication de la polio. Les infrastructures mises en place par l’Initiative mondiale pour l’éradication de la polio ont non seulement permis au Nigeria de réduire le nombre de cas de polio sur son sol de 9o % en 2014, mais elles ont également donné à ce pays les moyens de contrer  en seulement 90 jours la récente épidémie meurtrière d’Ebola, une réponse qualifiée d’exemplaire par l’Organisation mondiale de la Santé.

Au Nigeria et dans d’autres régions du monde, nos efforts d’éradication permettent de mettre en place des procédures bien établies pour vacciner tous les enfants, aussi bien contre la polio que d’autres maladies, et leur apporter des soins. Ceci constitue une étape cruciale de développement car avec de solides politiques de santé publique en place, davantage de fonds et de ressources pourront être alloués à l’éducation et au développement économique.

Afin que le Nigeria soit retiré de la liste des pays endémiques, l’Organisation mondiale de la Santé devra effectuer une série de tests en laboratoire sur des échantillons prélevés. Le retrait du Nigeria pourrait ainsi survenir dès septembre prochain.

Cependant, nous n’avons pas terminé notre travail. Nous savons que la polio peut resurgir si nous ne l’anéantissons pas maintenant.

En tant que Rotariens, notre devoir est de passer à l’action et de capitaliser sur cet élan pour En finir avec la polio à jamais. Nous devons profiter de cette conjoncture propice pour finir le travail que nous avons commencé car si nous échouons maintenant, nous pourrions connaître jusqu’à 200 000 nouveaux cas de polio par an dans un avenir très proche.

Alors, comment pouvons-nous, en tant que Rotariens, participer à l’éradication de la polio et écrire une page d’histoire ?

Nous devons protéger nos acquis au Nigeria, et intensifier nos efforts en Afghanistan et au Pakistan, les deux autres pays endémiques de la polio.

Protéger nos acquis veut dire renforcer les activités de surveillance, les vaccinations de routine et la sensibilisation du public au Nigeria et dans les pays à risque.

Intensifier nos efforts au Pakistan et en Afghanistan veut dire gagner un soutien politique et financier entier, mettre en œuvre des activités de surveillance exhaustives et appliquer les recommandations des experts formulées par l’Initiative mondiale pour l’éradication de la polio dans le cadre du plan stratégique de la phase finale d’éradication.

Nous vous encourageons fortement à visiter notre site endpolio.org/fr et à télécharger les ressources que le Rotary a conçues pour partager notre réussite au Nigeria et en Afrique, et pour également rallier les membres de votre club, l’opinion publique et vos élus à notre cause.

Ce qu’il reste à faire pour éradiquer la polio aujourd’hui demande du temps, de l’énergie et des fonds. Le budget 2016/2018 pour les activités d’éradication de la polio s’élève au Pakistan à 305,7 millions de dollars. Si nous sommes en mesure de collecter ces fonds maintenant, nous pourrions économiser 50 milliards de dollars au cours des 20 prochaines années pour combattre une résurgence de la maladie, et éviter bien-sûr que des centaines de milliers de personnes contractent la polio.

Votre don en faveur de PolioPlus sera triplé grâce à l’apport d’une contribution de la Fondation Bill & Melinda Gates.

Il y a trente ans, le Rotary a déclaré qu’il allait éradiquer la deuxième maladie de l ‘histoire de l’humanité. Cet objectif est aujourd’hui à notre portée. Offrons à tous les enfants du monde la possibilité de grandir sans la menace de contracter un jour la polio.

Nous avons plus que jamais besoin de votre soutien. Le moment est venu de passer à l’action.

Nous comptons sur vous.

Le 24 juillet, le président Ravindran félicite le Nigeria pour n’avoir enregistré en un an de nouveau cas de polio causé par le virus sauvage.

Intervention de Gary Huang à l’UNESCO

Faire disparaître les tensions internationales
Le rôle de la communauté des bénévoles

Par Gary Huang
Président du Rotary International 2014/2015

Chers amis rotariens, Mesdames et Messieurs,

Ni Hao et Bonjour,

IMG_4011Je suis profondément honoré d’être ici aujourd’hui et de célébrer avec vous le Rotary à l’Unesco qui a forgé un lien étroit avec le Rotary depuis de nombreuses années.

Cet évènement avec nos conférences précédentes à Rome (fond de l’alimentation et de l’agriculture) et à New York, aux Nations Unies, démontre l’importance que le Rotary attache à son partenariat avec les agences des Nations Unies. Il montre également notre ferme détermination à contribuer à la paix mondiale.

Plus que jamais, le monde a besoin de paix. Chaque fois que vous allumez la télévision ou que vous lisez les journaux, on parle de la guerre en Syrie, en Irak, en Ukraine, des attaques terroristes au Nigeria, des conflits armés au Darfour, en Somalie, au Yémen, en Libye, au Pakistan, au Myanmar, en Afghanistan et bien sûr l’attentat contre « Charlie Hebdo ».

Le Général Eisenhower aurait déclaré que : « le Rotary est la plus grande puissance pour la paix à côté de l’ONU ».

L’approche du Rotary pour la paix est unique. Car il aborde les problèmes sous-jacents qui créent l’instabilité et les conflits à savoir la pauvreté, la mauvaise santé, les mauvaises conditions de vie et l’illettrisme.

Jusqu’à présent, le programme humanitaire le plus ambitieux du Rotary a été notre effort à long terme pour éradiquer la poliomyélite.

Dans les années 50, le Dr Jonas Salk a mis au point le vaccin polio. Presque du jour au lendemain, des centaines de milliers d’enfants à travers le monde ont été vaccinés contre la polio et en quelques décennies, la polio a été éliminée.

Mais la polio n’a pas disparu. Le virus persiste dans les pays où les gouvernements ne disposaient pas de ressources.

En 1979, 1 000 enfants dans le monde étaient infectés par la polio chaque jour. Pas chaque année, tous les jours !

A l’automne 1985, sur la base du succès de nos efforts aux Philippines, le Rotary a décidé de faire de l’éradication de la polio un programme phare pour les clubs du monde entier.

Et puis s’est constituée, autour du Rotary,  l’initiative mondiale pour l’éradication de la polio avec l’OMS, l’UNICEF, les Centres de santé des Etats Unis et depuis 4 ans la Fondation Bill et Melinda Gates.

Au cours de ces 20 dernières années, les membres du Rotary et leurs familles ont consacré d’innombrables heures de bénévolat, des participations personnelles lors des collectes nationales de vaccination. Certains membres du Rotary ont même risqué leurs vies, des vaccinateurs ont été assassinés.

Jusqu’à présent, les rotary-clubs du monde entier ont contribué pour 1 milliard 200 millions de dollars et nous avons pu ainsi protéger plus de 2 milliards d’enfants dans 122 pays contre la polio.

Aujourd’hui les cas de polio ont été réduits à plus de 99%.

L’initiative de la polio nous a enseigné les valeurs de coopération des secteurs public et privé.

En plus de la poliomyélite, le Rotary fait la promotion de la paix à travers ses programmes éducatifs et humanitaires. Depuis 1947, plus de 43 000 étudiants ont reçu des bourses du Rotary pour un investissement total de 557 millions de dollars US.

L’année dernière la première promotion d’étudiants ingénieurs a obtenu son diplôme de Master à l’Institut de l’eau de l’Unesco.

UNESCO PAIXDSC_4383-304

En d’autres termes, chaque fois que nous aidons à donner de la nourriture, à éduquer un enfant en Afrique, à fournir de l’eau  en Amérique latine, à vacciner un enfant contre la polio ou autres maladies en Asie du Sud, nous diminuons les causes profondes de la violence et des conflits sociaux.

Plus important encore, le Rotary construit la paix à travers les contacts entre les personnes. Paul Harris a dit que «  l’amitié était la roche sur laquelle a été construit le Rotary et la tolérance est l’élément qui tient l’ensemble. »

Avec nos réseaux s’étendant dans chaque partie du monde avec 1 200 000 bénévoles et avec nos ressources, le Rotary est capable d’atteindre des endroits et d’accomplir des tâches qui sont au-delà des capacités de l’ONU ou des gouvernements nationaux. C’est la force du Rotary. Tel est le pouvoir des bénévoles de la communauté.

Je tiens à rappeler aux rotariens mon thème : « LIGHT UP ROTARY ». Il est basé sur le confucianisme disant qu’il vaut mieux allumer une bougie et s’asseoir que de maudire l’obscurité.

Confucius nous conseille d’être désintéressés comme une bougie qui se consume pour apporter la lumière et la joie aux autres. La lumière d’une bougie peut être faible mais avec tous ceux qui partagent nos idées et nos espoirs, le monde sera beaucoup plus lumineux.

UNESCO PAIXDSC_4010-028

La polio et la géopolitique

Par Christian Michaud

La majorité des cas dans les 3 pays d’endémie viennent du Pakistan avec 174 sur un total de 209 (soit 74%). Le Nigéria avec 6 cas contre 49 à la même date de 2013 est en très net progrès. Ceci est peut-être l’une des conséquences du revirement récent des responsables religieux musulmans qui s’engagent maintenant à promouvoir la vaccination.

Dans les pays non endémiques la baisse est significative 19 cas contre 193 l’an dernier à la même époque mais ils montrent que le risque de transmission reste significatif et inquiétant en particulier à partir du Cameroun et de la Guinée équatoriale. C’est ce risque de propagation internationale du poliovirus sauvage qui a justifié l’urgence de santé publique de portée internationale lancée le 5 mai 2014 par le directeur général de l’OMS, le Dr Margaret Chan afin de préserver les acquis.

Cette initiative de l’OMS avait pour objectif de mettre les pays concernés face à leurs responsabilités et de remobiliser la communauté internationale.

Ses conséquences sont nombreuses, comme :

  • la surveillance aux frontières afin d’empêcher la « sortie » mais aussi « l’entrée » du virus
  • la décision de nombreux pays d’accroître leur aide financière à l’éradication de la polio
  • Ainsi, lors de la 67ème Assemblée mondiale de la Santé qui s’est tenue fin mai :
    •  les pays transmetteurs du virus de la polio, le Pakistan et le Cameroun ont présenté les mesures prises pour mettre en œuvre ces recommandations. Maintenant le Pakistan et le Cameroun obligent tous les voyageurs, et non seulement les enfants, à être vaccinés avant de quitter le pays.
    • les pays exempts de poliomyélite ont souligné la nécessité de rester vigilants et de maintenir une forte immunité.

La carte précise l’emplacement des réservoirs de virus sauvage dans les trois pays endémiques : le Pakistan, l’Afghanistan et le Nigéria. Dans ces trois pays (en rose) les zones infectées sont limitées (rouge foncé).

Les zones de flambée et de transmission apparaissent en orange.

Ce risque de transmission du virus en raison des facilités de déplacement dans le monde est une réalité illustrée par sa détection au Brésil ! Le 18 Juin 2014, l’OMS a signalé la détection de poliovirus sauvage dans des échantillons d’eaux usées, collectés en mars 2014, dans l’état de São Paulo. Le Brésil mène cette surveillance depuis plus de 20 ans. Le taux de vaccination étant suffisamment élevé aucun cas, à ce jour, n’a été constaté. Le virus isolé possède un profil génétique voisin d’une souche trouvée en Guinée équatoriale.

Les nombreuses zones de conflits dans le monde : en Syrie, Irak, en Somalie au Nigéria et surtout au Pakistan, provoquent l’exode de populations sous-vaccinés. On les retrouve sur les diverses voies de migration (dont l’Europe). Ce sont autant de risques de transmission du virus de la polio. Il s’agit vraiment d’une géopolitique de la poliomyélite dans un monde qui est devenu « un village ». Alors, tant que la polio est présente quelque part sur la planète, dans les régions les plus éloignées, aucun pays n’est à l’abri même l’Europe, même l’Italie. Seule la vaccination peut protéger nos enfants.

Au Pakistan, l’essentiel des cas rencontrés se concentrent dans les zones tribales à la frontière avec l’Afghanistan où les talibans s’opposent à la vaccination depuis 2012, (56 vaccinateurs, héros de la lutte contre la polio, ont été tués par les talibans). Dans ces zones l’armée pakistanaise a lancé une vaste opération militaire anti-talibans (carte ci-dessous). Ce conflit a poussé des centaines de milliers de civils sur les routes. Un exode dont les autorités entendent profiter pour vacciner ces populations contre la polio. Comme les communautés déplacées fuient dans d’autres régions du Pakistan et de l’Afghanistan, les activités de vaccination sont en cours dans les camps de réfugiés ainsi que dans les postes de vaccination de transit. Plus de 800 000 personnes ont été vaccinées au Pakistan dans le cadre de ces efforts et plus de 35.000 en Afghanistan. (www.polioeradication.org/)

La situation sur le front de la polio est difficile mais beaucoup de signes sont extrêmement positifs. L’urgence de santé publique de portée internationale de l’OMS a porté ses fruits :

  • les pays d’Afrique et du Moyen O rient ont lancé de très nombreuses campagnes de vaccinations,
  • les surveillances aux frontières s’intensifient,
  • au Pakistan la bataille contre les talibans permet de vacciner des centaines de milliers de personnes ce qui a conduit des journaux à titrer : « l’exode face à l’offensive dope la vaccination contre la polio »,
  • de nombreux responsables religieux musulmans préconisent la vaccination.

En guise de conclusion je citerai John F. Germ, Président de la commission PolioPlus internationale et Président RI nommé 2016-2017 :

« Nous avons fait la promesse aux enfants du monde d’éradiquer la polio et les Rotariens tiennent leur parole. « 

Lettre à la souffrance

par Bernard Descampiaux

Sois sage, ô ma Douleur, et tiens-toi plus tranquille [….]
Ma Douleur, donne-moi la main : viens par ici, |…]
(Charles Baudelaire – « les fleurs du mal »)

Jusqu’à ce fameux jour de novembre, je n’ai connu en mon corps que les maux et maladies des enfants ordinaires. J’ignore ton existence. Je ne sais pas jusqu’à quelle profondeur tu es capable de t’insinuer.

Tu as plus d’un tour dans ton sac, experte pour surgir sans crier gare, t’installer partout, occuper mon corps, en entier, comme si tu étais chez toi. Il parait que, normalement tu es juste là pour donner l’alarme, pour attirer l’attention sur ce qui ne va pas, pour permettre au médecin de faire son diagnostic. Alors, une fois cela accompli, pourquoi ne te retires-tu pas ? Pourquoi est-ce que tu t’incrustes ? Tu sais, parfois je crois que tu t’acharnes sur moi. Mais qu’est-ce que je t’ai fait ? Pourquoi m’en veux-tu à ce point ?

« Polio souffrante », qu’ils ont dit, comme si cela pouvait tout justifier, tout permettre, puisque la fatalité le décide ainsi : « Polio souffrante ».

Mon corps est un bâton de bois. Dur. Rigide. Les articulations ne plient plus. Je suis lourd comme un arbre mort. Alors il me faut subir « les postures ». Lutter contre les rétractions des muscles qui pourtant ont rendu l’âme et cependant résistent, comme pour un ultime combat destiné à m’abattre encore. Et toi tu viens t’infiltrer dans chaque fibre musculaire éteinte, histoire d’occuper le terrain. Les crampes que j’ai connues enfant, à côté des douleurs que tu infliges, c’est de la douce rigolade…

Il faut tenir une heure. Une heure de posture, deux fois par jour les premières semaines, parce qu’il faut faire plier l’articulation de la hanche, du genou, de la cheville. Plier encore, déchirer les muscles, les mater. Chaque heure est un calvaire. Tu ne rends pas les armes. Tu as décidé que tu ne lâcherais pas la prise, que tu resterais prégnante jusqu’à l’ultime seconde. Et quand vient la délivrance, lorsque la kiné revient délier les sangles, faire cesser ce qui ressemble tellement à de la torture, alors, dans un ultime effort, tu te fais d’une violence extrême dans l’articulation elle-même lorsque celle-ci est ramenée au repos.

Tu veux que je te dise ? Tu es une vraie garce. Une salope. Je te hais. J’ai cru que l’on pouvait composer avec toi, comme dans ce poème de Baudelaire. Mais non. Tu prends plaisir à mes pleurs, mes cris, ma supplication que l’on arrête. Tu as ce sourire narquois des crapules lorsque la kiné est en retard de quelques minutes pour me délivrer. Et puis, tu sais, tu sais très bien, que tout à l’heure, tu recommenceras. Et que cela durera encore des semaines et des semaines.

Extrait du livre de Bernard Descampiaux « Lettres aiguës et accents graves »
b.descampiaux@wanadoo.fr

Lien internet où on peut se procurer le livre
http://www.thebookedition.com/lettres-aigues-et-accents-graves-bernard-descampiaux-p-54968.html

Déclaration du Rotary en réponse à la lettre adressée par le gouvernement américain aux doyens des facultés de médecine publiques

Par Robert S. Scott
Président de la commission internationale PolioPlus du Rotary

Pour protéger l’action des personnes de santé qui vaccinent en Afghanistan et au Pakistan, le gouvernement des USA vient d’écrire aux 13 doyens de facultés de médecines publiques.

Bob Scott, Président de la commission internationale PolioPlus a salué cette initiative dans la déclaration ci-dessous :

Le Rotary se réjouit de la lettre de mai 2014 adressée par le gouvernement américain aux doyens des facultés de médecine publiques les informant que la CIA « n’utilisera pas les programmes de vaccination, y compris les membres d’équipe de vaccination, à des fins opérationnelles » d’espionnage. Cette lettre est un témoignage du soutien apporté à l’Initiative mondiale pour l’éradication de la polio et à sa mission qui est de protéger les enfants du monde entier contre cette terrible maladie.

Cette politique souligne que tous les enfants méritent d’avoir accès aux vaccins ainsi qu’à d’autres soins de santé. Nous espérons que cette annonce renforcera également la confiance des populations à l’égard des agents de santé qui font preuve d’une extrême bravoure pour s’assurer que chaque enfant soit vacciné.

Le Rotary continue de travailler étroitement avec ses partenaires de l’Initiative mondiale pour l’éradication de la polio dans les pays encore affectés par cette maladie afin d’atteindre notre objectif d’un monde sans polio.

Lettre au Poliovirus

Par Bernard Descampiaux

 

Extrait du livre de Bernard Descampiaux « Lettres aiguës et accents graves »

 Fallait-il que tu sois zélé à ce point ?

Les temps sont difficiles en 1959. Je suis cerné de toutes parts. Mauvais élève qui n’arrive pas à la cheville de son frère, j’engage une dégringolade intérieure, qui me conduit vers des gouffres de terreur face à ma vie en « capilotade ». Personne ne semble à même de comprendre mes appels de détresse silencieux. Je dissimule tout sous mon masque de clown, imitant Fernand Raynaud et Robert Lamoureux.

Mes parents sont des grands, sans cesse occupés ailleurs par ce qui est vraiment important dans la vie, c’est-à-dire le travail incessant, mais aussi le travail permanent, et sans doute encore le travail ininterrompu, hormis la nuit (mais tout le monde dort) et le temps des repas (mais chacun parle encore travail, dossiers, clients…).

Un enfant aime qu’on prenne soin de lui. Je suis pareil aux autres. Quand je suis malade, maman me soigne tendrement. Alors pourquoi pas ! Je me spécialise dans les grands classiques du type grippes, angines, otites, et lorsque l’infection tarde à venir je chauffe le thermomètre sur le radiateur (attention à ne pas le faire claquer). J’ai aussi mangé du savon (c’est dégueulasse !) mais cela n’a pas donné les résultats escomptés.

C’est aussi qu’il me faut absolument tout tenter pour ne pas être obligé de me rendre à l’école, cet horrible endroit de plus en plus angoissant et qui me donne la nausée.

En ces temps tristes de novembre, à quelques semaines de mes douze ans, faut-il monter d’un cran, être encore plus malade ? On ne choisit pas ce qui vient. Et c’est toi qui te pointes, petit poliovirus, minuscule mais efficace, capable de paralyser en quelques heures et d’affoler l’environnement familial pour autre chose que mes notes scolaires.

Au début, tu te fais discret, pour ne pas dire courtois. Je ne sais plus remuer le gros orteil. Je dis à mon père :

– Papa, je ne sais plus bouger le gros orteil.

Il a ri. Il s’étalait dans son fauteuil, les pieds sur une chaise, tirant sur sa pipe. C’était le soir, après le repas. Mon frère aussi a ri. Il est déjà chez les grands. Il rit comme les grands.

Je n’ai rien dit à ma mère. Pourquoi ? Je ne sais pas. Le gros orteil c’est sans doute une histoire d’hommes. Une histoire de muscles, de force, de virilité sans doute. Peut être qu’elle n’aurait pas ri, qu’elle se serait arrêtée de courir partout, qu’elle aurait pris mon pied :

– Alors, qu’est ce qu’il raconte ce gros orteil ? Il joue les petits paresseux ? Il est endormi ?

Peut être que j’aurais ri aussi.

Le lendemain soir, plus personne ne riait. Le médecin était venu. Celui de famille. Celui en qui on a confiance, qui connait tout le monde depuis si longtemps. Qui soigne si bien.

Il ne s’est pas comporté comme d’habitude. Il n’a pas rédigé la longue et belle ordonnance à l’encre bleue, au stylo plume, de sa belle écriture d’écolier appliqué, comme il le fait d’habitude, pour mes angines, mes otites, mes grippes, et toutes ces petites maladies dont j’ai pris la fâcheuse habitude. Il a juste laissé tomber son diagnostic verdict : « poliomyélite ».

Ma mère a dû faire répéter, faire préciser :

« Ce n’est quand même pas la paralysie infantile ? »

« Si Madame ! »

Ce soir-là je suis sorti de l’enfance sans le savoir. La légèreté, la vivacité, la sveltesse et la souplesse de mon corps, c’était terminé. Définitivement. Je venais d’entrer en lourdeur et en pesanteur. Je n’avais plus vraiment de corps. J’étais devenu une masse de chair flasque qu’il faudrait traîner toute la vie. Petit poliovirus, croyais –tu ainsi me rendre service ?

Je me couche encore plus ou moins valide pour ne jamais plus me relever comme avant. Malheureusement, je n’avais pas envisagé toutes les conséquences, les séquelles comme diront les médecins. Car tu as fait fort, tu t’es disséminé partout, remontant goulûment ma moelle épinière, te régalant de mes terminaisons nerveuses, les dévorant à belles dents, tu ne sais plus te maîtriser et tu en fais plus que nécessaire. Tu aurais pu te contenter de t’en prendre à quelques centres nerveux moteurs, sans pour autant les détruire comme tu l’as fait. La paralysie aurait alors été réversible ce qui ne fut pas le cas. De plus tu as salopé le travail, petit énervé écervelé, disséminant des séquelles au hasard, ne laissant rien totalement intact, ne détruisant rien intégralement. Tu compliqueras de beaucoup le processus de rééducation qui s’ensuivra.

Tu aurais pu ne pas t’acharner, régresser plus rapidement, m’éviter des complications qui me conduiront au bord du grand passage, parce que tu cherches à investir mes poumons. Après tout, tu étais plus vieux que moi puisque tu sévissais déjà 3 400 ans avant Jésus Christ… Ton grand âge et ton expérience me laissaient espérer une meilleure manière de s’y prendre. Moi, je n’étais encore qu’un jeune enfant qui parcourait des chemins hasardeux en s’imaginant y trouver plus d’affection.

Affection : ce mot à double sens, ce mot signifiant autant traumatisme qu’attachement. Comme un deux-en-un en quelque sorte …

L’éradication de la Polio à l’agenda du Parlement Européen

Par Serge Gouteyron

Une table ronde de haut niveau sur l’éradication de la polio a été organisée le 29 janvier à Bruxelles au Parlement Européen avec le concours de tous les acteurs de l’initiative mondiale.

Bob Scott, président du comité international PolioPlus , Carol Pandak, Kris Tsau, Anna Rieder, les conseillers nationaux PolioPlus d’Europe : Koos Iseger (Pays Bas), Serge Gouteyron (France), Judith Diment (Royaume Uni, excusée), Bernard Rosen (Belgique), Peter Bundgaard (Danemark), Matti Honkala (Finlande) Jesus Maria Martelo Ortiz de Zarate (Espagne), Hildegard Dresssino (Allemagne), Gianni Jandolo (Italie) Michel Colmans (Belgique RI Union Européenne), représentaient le Rotary et sa Fondation assistés par le cabinet conseil APCO.

Cette table ronde était placée sous l’égide du groupe d’amitié du Parlement Européen avec le Pakistan. Elle était présidée par deux députés européens M. Sajjad Karim (Royaume Uni) et M. Gay Mitchell (Irlande).

En effet, s’il y a eu en 2013 une diminution des cas de polio au Nigeria et en Afghanistan – ce qui laisse penser que l’éradication est possible dès 2014 – ce n’est pas encore le cas du Pakistan.

M Andris Piebalgs, commissaire européen au développement honorait de sa présence cette table ronde. Bien au fait, il a rappelé que l’Union Européenne était le 6ème donateur avec 258 millions d’euros versés pour le Nigeria et 85 millions d’euros versés pour l’Afghanistan ces 7 dernières années.

Le Dr Hamid Jafari, Directeur des opérations à l’OMS et M. Peter Crowley, Directeur des opérations à l’UNICEF ont insisté sur les immenses progrès enregistrés ces dernières années :

  • l’Europe est libre de Polio depuis 2002
    (mais 55 000 personnes vivent en France avec des séquelles)
  • plus que 3 pays endémiques (Nigeria, Afghanistan, Pakistan) après avoir fait des millions de victimes, la polio est maintenant éradiquée en Inde (3 ans sans nouveau cas)
  • un seul virus circule (au lieu des 3 du début)
  • l’efficacité du vaccin bivalent
  • la couverture des enfants vaccinés dépasse maintenant les 85%

et ce n’est pas rien lorsque l’on sait qu’il s’agit de vacciner plusieurs fois, chaque année, 429 millions d’enfants de moins de 5 ans dans 70 pays.

En 2012, c’est 2 milliards 32 millions de doses de vaccin fabriqués par 6 laboratoires qui ont été ainsi distribués.

Depuis les assassinats tragiques du personnel de soins et bien que les chefs religieux aient lancé au Pakistan 30 fatwas favorables à la vaccination, le danger subsiste.

Certes cette année nous connaissons une dissémination du virus dans la corne de l’Afrique (Ethiopie, Soudan du Sud) et en Syrie, Israël, territoires Palestiniens mais nous disposons des moyens pour l’enrayer (sauf en Syrie).

Les 2 directeurs d’opérations ont également rappelé qu’il fallait absolument éradiquer la polio et non simplement la contrôler car alors le danger serait de voir surgir 10 millions de cas dans les 40 prochaines années. L’éradication accomplie, ce sera également 40 milliards d’euros d’économie sur les 20 prochaines années.

Les financements nécessaires à ce programme depuis le dernier sommet celui d’Abou Dhabi en mai 2012 sont en voie de réalisation sur les 4.5 milliards de dollars annoncés : 1.7 ont été versés, 2.8 sont en attente mais il restera tout de même un solde de 1 milliard de dollars à trouver !

Bob Scott sur ce point a demandé à l’Union Européenne de poursuivre ses efforts en octroyant 200 millions de dollars pour les 4 prochaines années.

Nous sommes la génération qui verra l’éradication devenir réalité. Mais rendons hommage à la génération précédente qui a osé lancer un tel défi.

La contribution du Rotary se situe à un peu plus de 1 milliard d’euros (la part des rotariens français y est de 12 millions d’euros) pour une dépense totale de 11 milliards à ce jour.

Aussi l’effort financier attendu des rotariens, cette année, représente 1 200 euros par club (1 500us dollars) et celui des districts 20% de leur FSD.

Rappelons que la Fondation Bill et Melinda Gates également présente à cette conférence double les dons du Rotary (clubs et Fondation).

Le Rotary est en passe de tenir sa promesse de laisser aux enfants un monde sans Polio.

Polio : le défi herculéen du Rotary

Par John F. GERM
Vice-Président du Comité International PolioPlus 2013:2014
Vice-président et administrateur du Rotary 2003-2005

Serge, je vous remercie de m’inviter à participer au projet « La culture du Rotary ». Vous m’avez demandé de choisir un sujet et l’éradication de la polio me vient immédiatement à l’esprit. Bien que l’effectif soit un sujet crucial pour le Rotary, l’éradication de la polio aura un impact à long terme sur notre organisation.

Nous sommes les seuls à avoir osé nous attaquer à un défi d’une telle amplitude. Lorsque le Rotary a commencé à s’intéresser à la polio en 1979, personne n’aurait pu penser que le programme durerait aussi longtemps et coûterait aussi cher. Ce n’est qu’après 1985, qu’après avoir réussi à collecter 247 millions de dollars, que l’Assemblée mondiale de la santé en 1988 a déclaré que l’éradication de la polio restait possible et que le monde s’est intéressé à cette cause. Avec à l’époque 125 pays endémiques et plus de 1 000 nouveaux cas par jour, le défi que nous relevions était herculéen. Cependant, les Rotariens ont promis aux enfants du monde un monde sans polio et les Rotariens tiennent leurs promesses. Aujourd’hui et plus de 30 ans plus tard, des progrès remarquables ont été effectués. Cependant, trois pays restent encore endémiques : le Pakistan, l’Afghanistan et le Nigeria, et bien que le nombre de cas de polio y aient été réduit, le poliovirus a été importé à d’autres pays, confirmant ainsi qu’aucun n’enfant n’est à l’abri tant que l’éradication n’est pas atteinte. L’Inde n’a pas connu de nouveau cas de polio depuis trois ans. Alors, si nous pouvons atteindre notre objectif dans un des pays les plus peuplés du monde, pourquoi pas ailleurs ? Nous disposons des ressources et de la volonté pour y parvenir.

John Germ et l’administrateur de la Fondation Rotary Ashok Mahajan administrant le vaccin oral antipolio durant une journée sous-nationale de vaccination

Le partenariat liant le Rotary, l’UNICEF, la Fondation Bill & Melinda Gates et les gouvernements renforce notre culture et est la preuve irréfutable que les partenariats au service de l’humanité sont la solution.

La culture du Rotary, c’est la passion, l’engagement et la détermination de ses membres Nous devons tous être fiers de cette culture et inviter d’autres personnes à rejoindre notre formidable ÉQUIPE.

Et n’oubliez pas : Ensemble, on accomplit davantage.