LA CULTURE DU ROTARY

Blog de Serge GOUTEYRON

LA CULTURE DU ROTARY - Blog de Serge GOUTEYRON

Comité de nomination du Président du Rotary International 2021/2022

Par Serge Gouteyron

J’étais l’un des 17 membres de ce comité réuni  le 5 août dernier à Evanston.

Son rôle : désigner parmi les candidats à la présidence – tous obligatoirement past administrateurs – le plus qualifié.

A noter qu’une règle d’usage, déjà très ancienne, stipulait que tous les 3 ans le président du Rotary soit américain. Cette règle a été remplacée par un amendement –  lors du dernier Conseil de Législation  – qui précise qu’il ne peut pas y avoir un président du RI du même pays 2 années de suite.

Composition du comité de nomination

Le monde rotarien est divisé en 34 zones d’environ 35 000 rotariens chacune : 17 zones paires et 17 zones impaires. Cette année, votaient les zones impaires. La France est dans la zone 13 avec la Belgique et le Luxembourg. L’Italie zone paire alterne avec la France tous les 2 ans.

Qui peut être candidat au comité de nomination ?

Tous les past administrateurs d’une même zone peuvent l’être. Il y a aujourd’hui 180 past administrateurs dans les 34 zones. De fait, bien souvent, il n’y a qu’un seul candidat. C’était le cas cette fois-ci pour 12 d’entre eux. Dans les zones où il y  a plusieurs candidats, il y a vote des clubs. Celui qui arrive 2ème devient alternate et siège en cas de défection du titulaire.

Pays représentés au comité de nomination2021/2022

Le continent asiatique et l’Australie disposaient de 6 représentants dans le comité :   Japon (2) – Inde (2) – Taiwan (1) – Corée d Sud (1)

L’Amérique latine 2 représentants –  Colombie (1) – Brésil (1)

L’Europe  5 représentants Royaume Uni (1) – Suède (1) – Allemagne (1) – Autriche (1) – France (1).

A noter que faute de past administrateur candidat dans la zone 21, le président du Rotary a désigné un past gouverneur comme membre du comité.

Les Etats Unis 4 représentants.

La composition du comité reflète les effectifs rotariens sur chaque continent : progression en Asie, stabilité en Europe et recul aux Etats Unis.

Déroulement des opérations

  • Le comité de nomination doit auditionner 6 candidats. Lorsqu’il y a plus de candidats, un vote électronique sur dossiers (CV et vision du Rotary de chacun) 15 jours avant sélectionne les 6. Cela a été le cas, il y avait 14 candidats mais  3 étant exæquos,  9 candidats ont été auditionnés.
  • La veille, le comité élit son président et son secrétaire. Ann Mathews et Larry Lunsford ont été élus (2 américains). Le jour de réunion du comité, celui-ci  détermine d’abord les questions (5 ou 6) qui seront posées de vive voix à chacun des candidats.
    Puis ce sont les auditions ½heure pour chaque candidat.
  • Après les auditions, les membres du  comité échangent leurs idées sur les qualités de chacun. Ensuite intervient le 1er vote pour retenir 4 candidats parmi les 9.  Nouvel échange et nouveau vote pour en retenir 2 sur les 4.
  • Et enfin, le vote final pour choisir le Président désigné par le comité. Comme il est nécessaire d’obtenir 10 votes (sur les 17), il peut y avoir plusieurs tours, puis le comité reçoit le président tout fraichement  désigné.

C’est donc,  Shekhar Mehta du club de Calcutta Mahanager (Inde) qui a été choisi. Il sera confirmé le 1er octobre  s’il n’y a pas d’opposition.

Comme pour toute élection, les clubs qui présentent un candidat ont la possibilité de faire opposition sur le choix du comité. Pour cela, il est nécessaire que l’opposition réunisse 1% des clubs dont la moitié dans une zone autre que celle du candidat qui fait opposition.

A ce niveau, le challenge est très rare. Il faut remonter à l’élection de Rajendra Saboo (Inde) 1991-1992 face à un autre candidat indien. Vote qui confirma Rajendra Saboo choisi par le comité.

A quand la 1ère femme Présidente du Rotary ?

Les femmes représentent 22% des effectifs. Les premières rotariennes en 1989, les premières femmes gouverneurs en 1995.

Cette réflexion alimente les  cercles des dirigeants du Rotary et les réseaux sociaux

Actuellement 10  femmes ont été administratrices du Rotary dont 3 ont occupées la fonction de vice-présidente.

C’est sûr que la nomination d’une femme sera un tournant pour notre organisation.

En France, la voie a été ouverte en 2006. Année où la commission d’élection de l’administrateur de zone désigna à cette fonction  Catherine Noyer Riveau, 1ère femme administratrice du RI en 2008-2010.

– en 2005, Carolyn  Jones avait été la  première femme nommée à la Fondation Rotary –

La décision est dans les mains des futurs comités de nomination et d’eux seulement.

Conférence présidentielle à l’Unesco du 28 mars 2020 : Les approches pour construire des sociétés pacifiques

Par Serge GOUTEYRON

UNESCO

Préambule : « Les guerres prenant naissance dans l’esprit des hommes et des femmes, c’est dans l’esprit des hommes et des femmes que doivent être élevées les défenses de la paix »

Constitution en 1945 – Agence des Nations Unies.

Son rôle « contribuer au maintien de la paix et de la sécurité en resserrant par l’éducation, la science et la culture, la collaboration entre Nations afin d’assurer le respect universel de la justice, de la  loi, des droits de l’homme et des libertés fondamentales pour tous sans discrimination de races, de sexes, de langues ou de religions que la charte des Nations Unies reconnait à tous les peuples ».

Expertise :

Education – culture – sciences naturelles – sciences sociales et humaines – communication et information

Un focus sur l’égalité des genres et le continent africain

Les thèmes :

  • Education pour tous tout au long de la vie
  • Coopération internationale des politiques scientifiques
  • Dialogue interculturel et principes éthiques
  • Partager et transmettre le patrimoine mondial
  • Faire connaitre la diversité des expressions culturelles
  • Liberté de penser et diffusion du savoir

L’Unesco est le chef de file des Nations Unies dans l’objectif 4 : l’éducation

Les approches pour construire des sociétés pacifiques

 Elles s’articulent autour de 2 idées fortes :

  • Une diplomatie permanente de la paix associée aux actions de pérennisation de la paix

Le Rotary comme organisation internationale de service indépendante et l’Unesco comme institution intergouvernementale ont des approches adaptées pour chaque région en créant des modèles qui reflètent la diversité de leurs programmes.

Les actions recommandées :

  • Lutte contre l’extrémisme violent par le biais de la participation et de la mobilisation des jeunes, la liberté d’expression et la célébration de la diversité culturelle
    Car les violences constituent le plus grand défi au développement
  • Le chômage des jeunes est l’une des pires menaces pour la paix dans la société selon le secrétaire général de l’Onu
  • L’implication des femmes est une garantie d’efficacité dans les processus de paix et d’égalité des sexes
  • Renforcer les programmes de promotion de la paix et de résolution des conflits
    C’est au plan local que les succès sont les plus certains
  • La culture de la paix : fondement de la solidarité intellectuelle et morale de l’humanité – augmenter les programmes liés au dialogue interculturel et inter religieux pour promouvoir le respect et l’entente
  • Programme de développement durable à l’horizon 2030

Un travail collectif pour résoudre les problèmes persistants.

Rechercher et mettre en œuvre les synergies entre les institutions locales, internationales et la société civile.

Au service de la construction d’une société pacifique

Par Serge GOUTEYRON

Le Rotary International

C’est en  1921 à la convention d’Edinbourg que le Rotary a inscrit « l’aide à l’avancement de la paix » comme l’un de ses buts.

Les 2 premiers tels qu’ils figurent dans la déclaration du club de Chicago à l’Etat de l’Illinois : « servir les intérêts authentiques de ses membres » et « une conduite loyale ».

  • Entre les 2 guerres, le Rotary plaidera pour la paix entre les nations et les gouverneurs créeront le programme des comités interpays pour favoriser  la compréhension et le rapprochement des pays en conflit.
    Le comité interpays entre la France et l’Allemagne en 1950 sera suivi par des dizaines d’autres, essentiellement en Europe, rassemblés les premières années dans une conférence annuelle en présence du Président du RI ou de son représentant.
    Après la chute du mur de Berlin, les comités interpays contribueront à la  renaissance du Rotary dans les pays d’Europe centrale et orientale.
  • De fait, le Rotary trace un chemin parallèle à celui des Nations Unies . D’ailleurs, la Voix du Nord avait qualifié « le Rotary  l’Onu du service »  à l’Institute de Lille en 2005.
  • Que ce  soient avec ses nombreux programmes pour la jeunesse (Rotaract, Interact, Rylas, échanges scolaires d’un an, bourses dont celles de l’Institut de l’eau de l’Unesco à Delf).
  • Ou encore son combat pour l’éradication de la poliomyélite officialisé en 1985 à l’Assemblée Générale des Nations Unies au cours de laquelle les Nations Unies fêtaient leur 40ème anniversaire tandis que le Rotary lui fêtait son 80ème anniversaire.
    Le Président du RI Carlos Cancesco annoncera l’engagement du Rotary à vacciner 80%de la population mondiale.
  • Ou bien dans les priorités stratégiques – nos causes – que l’on retrouve dans les objectifs du millénaire -. Priorités qui donnent du sens à l’action des 36 000 clubs.
  • Et enfin, l’acte le plus fort du Rotary dans son engagement pour la paix : les centres du Rotary pour la paix et la résolution des conflits.
  • Sans oublier le  réseau de ses représentants auprès des Institutions Internationales.
    Journée du Rotary aux Nations Unies – conférences sur la paix à l’Unesco.

Ces dernières années, à l’initiative de chercheurs dont Peter Wallenstein de l’université et des centres pour la paix d’Uppsala,   émergera la notion de « paix  positive », une quête ambitieuse pour  un vivre ensemble harmonieux.

Institut de l’économie et de la paix

L’Institut de l’Economie et de la Paix de Chicago assure la formation des rotariens dans le cadre d’un partenariat avec le RI.

La  paix positive requiert :

  • L’Etat de droit, l’existence d’une société civile, une politique stable
  • Un environnement favorable à l’économie et au secteur privé
  • Une répartition équitable des ressources
  • La garantie des droits humains, les nôtres et ceux des autres
  • De bonnes relations avec les pays voisins, avec des procédures de règlements des conflits comme la médiation
  • Une information libre
  • Une population éduquée, la participation à  l’économie, à la  politique et au capital
  • La confiance dans les lois et les institutions par la compréhension.

Définition de la paix positive

Ensemble de comportements, d’attitudes, de structures et d’initiatives qui fondent et soutiennent la paix sociale.

Se traduit par un état de sérénité – liens  humains et valeurs partagées – et par une dynamique pour passer de l’état de violence à une culture de la paix

Mesurée dans un rapport annuel impliquant 160 pays

Rappelons :

La résolution de la conférence à l’Unesco du 4 avril 2015 en présence de Gary Huang « la cohésion sociale comme préalable à la paix »

Et  l’expérience faite conjointement par l’université catholique de Lille et le club de Lille Nord Nouveau Siècle d’un master class universitaire pour la paix.

Transformer le monde : les objectifs 2030 des Nations Unies pour le développement durable

Par Serge GOUTEYRON

17 objectifs principaux et 169 secondaires

Assurer la dignité de chacun, protéger la planète et promouvoir l’avènement de sociétés pacifiques

Le point de rapprochement Nations Unies/Rotary aujourd’hui

Une philosophie proche de la nôtre.

Ce sont des objectifs aussi qualitatifs qui font également appel à des valeurs – Etat de droit, pas de corruption  –  auxquelles nos propres valeurs nous renvoient  – intégrité, loyauté, équité.

Les priorités stratégiques du Rotary sont toujours présentes dans les objectifs du développement durable

  • Santé : stopper les épidémies de Sida, de tuberculose, de paludisme. Faire baisser la mortalité maternelle et infantile
  • Eau et assainissement : de l‘eau potable et de l’assainissement partout
  • Education : vaincre l’illettrisme et accéder à l’enseignement supérieur – garantir l’éducation des filles
  • Paix : promouvoir l’avènement de sociétés pacifiques, l’éducation à la citoyenneté, la résolution des conflits.
  • Développement des économies locales pour lutter contre la pauvreté – microcrédit

Le Rotary recommande aussi sans que ce  soit une priorité  stratégique (pour l’instant) :

  • Vivre dans un environnement sain, partager les ressources, exploiter de manière durable les océans et  lutter contre les répercussions du changement climatique.

D’autres objectifs du développement durable sans être nos priorités sont proches

  • Promouvoir une croissance économique soutenue, l’entreprenariat et une stratégie mondiale pour l’emploi des jeunes – partager les ressources et le savoir –  supprimer le travail des enfants.
  • De l’énergie et internet partout
  • Les programmes de ville ouverte – transports – gestion des déchets

Sur les moyens nous partageons également les objectifs en particulier les partenariats

  • Elaborer une convention avec l’Unesco sur les objectifs de développement durable

Ce serait la 3ème après

  • Celle de 1996 : le Président du RI Luis Vicente Giay et le Directeur Général Unesco Frédérico Mayor
  • Celle de 2003 : le Président du RI Jonathan Majiyagbe et le Directeur Général Koïchiro Matsuura  – avec les commissions nationales –

Luis Vicente Giay, Président du RI en 1996-1997 et Frederico Mayor, Directeur Général de l’UNESCO

Le plus efficace serait sans doute une initiative mondiale par objectif du type Polio Plus regroupant les institutions et les gouvernements, les ONG à structure internationale comme le Rotary.

Conférence présidentielle à l’Unesco du 28 mars 2020

Par Serge GOUTEYRON

Nations Unies et Rotary : une longue relation au service de la construction d’une société pacifique

Préambule

Le Président Mark Maloney organisera l’an prochain 5 conférences présidentielles à New York, Paris, Rome, Santiago du Chili  et Honolulu pour célébrer le 75ème anniversaire de la création des Nations Unies.

Une opportunité pour souligner la convergence de pensée et d’action des Nations Unies et du Rotary et rappeler la contribution de chacun  au service de la paix et du développement.

Nations Unies

L’organisation des Nations Unies a succédé en 1945 à la société des Nations dans le but de « préserver les générations futures du fléau de la guerre ».

Elle repose sur 3 piliers indissociables :

La paix et la sécurité – les droits de l’homme – le développement

Le Rotary et les rotariens ont pris leur part, comme tel ou es qualités, dans les principales étapes de sa création

  • D’abord par un plaidoyer public entre les 2 guerres en faveur de la paix
  • Ensuite par le rôle qu’ils ont joué dans les conférences à Londres (de 1942 à 1945) des Ministres de l’Education du monde libre qui aboutira à la création de l’Unesco
  • Dans la rédaction de la charte des Nations Unies en 1945 à San Francisco – Rappelons que le Secrétaire d’Etat américain avait demandé au Président du Rotary de nommer 10 rotariens pour faire partie de la délégation américaine comme il le demandera également pour quelques autres grandes organisations comme la Croix Rouge.

De nombreux rotariens, délégués de leur pays participeront à la 1ère assemblée générale des Nations Unies et aux suivantes.

5 présidents de cette assemblée étaient des rotariens

  • René Cassin futur prix Nobel de la paix, et premier président de la Cour Européenne des droits de l’homme – rotarien à Lille puis à Paris – fut probablement le français le  plus actif dans ce renouveau institutionnel et humaniste comme il le fut en 1948 à Paris dans l’adoption de la déclaration universelle des droits de l’homme et du citoyen.

Cette identité de vue se concrétisera par la journée annuelle du Rotary aux Nations Unies interrompue durant la guerre froide mais reprise depuis 1985 – après l’engagement du Rotary d’éradiquer la poliomyélite.

Ma paix et la sécurité est le rôle du conseil de sécurité représentant aujourd’hui 20% des activités de l’ONU.

Les autres 80% sont consacrés au développement et aux droits de l’homme.

UN Photo/Amanda Voisard
La salle de l’Assemblée générale, lors d’un vote en novembre 2014 pour élire quatre juges à la Cour internationale de justice (CIJ).

Conférence internationale G7 France/UNESCO – Innover pour émanciper les filles et les femmes par l’éducation

Par Cyril NOIRTIN
Représentant du Rotary auprès de l’UNESCO et de l’OCDE

Dans le cadre de la présidence française du G7 et de la réunion conjointe des ministres de l’éducation et des ministres du développement, il a été organisé, le 5 juillet 2019, au siège de l’UNESCO, une conférence sur l’émancipation des filles et des femmes par l’éducation.

La Directrice générale de l’UNESCO, Audrey Azoulay, a ouvert la Conférence aux côtés du ministre de l’Europe et des affaires étrangères de la France, Jean-Yves Le Drian, et du ministre de l’éducation de la France, Jean-Michel Blanquer. Ils ont été rejoints par plusieurs personnalités notamment la lauréate du prix Nobel de la paix, Malala Yousafzai (Pakistan), l’économiste Ester Duflo (France) et la joueuse de football Nadia Nadim (Afghanistan, Danemark).

Le président de la République française Emmanuel Macron a clôturé la Conférence. Il a lancé un appel à la mobilisation en faveur des filles et des femmes par une éducation de qualité et des possibilités d’apprentissage pour la vie quotidienne et le monde professionnel.

Malgré les progrès considérables réalisés pour combler les écarts entre les filles et les garçons dans le domaine de l’éducation, 132 millions de filles ne sont toujours pas scolarisées. Elles sont encore trop nombreuses à se heurter à des barrières érigées par la pauvreté, la violence sexiste, les mariages et les grossesses précoces, les conflits ou les normes restrictives liées à leur genre. Les systèmes éducatifs reproduisent souvent les inégalités de genre plus qu’ils ne les remettent en cause. Par conséquent, des millions de filles abandonnent l’école ou ne parviennent pas à acquérir une éducation de base. Deux tiers des adultes illettrés sont des femmes, proportion inchangée depuis les vingt dernières années.

Pourtant l’éducation des filles est l’un des investissements les plus efficaces en faveur du développement, au bénéfice non seulement des personnes individuellement mais aussi de la société. Lorsque les filles reçoivent une éducation, leur vie et celle de leurs enfants, de leur famille, de leur communauté et de leur pays s’améliorent. Leurs perspectives d’accès à la santé, à l’éducation, à une situation sociale et économique et à des responsabilités augmentent, tandis qu’elles sont moins vulnérables à la pauvreté, aux maladies, à la mortalité et à la violence. Faire progresser l’émancipation des filles et des femmes est indispensable à la réalisation des « Objectifs de Développement Durable » (ODD), notamment de l’ODD 5 sur l’égalité de genre, et de l’ODD 4 sur l’accès de tous à une éducation de qualité et sur la promotion des possibilités d’un apprentissage tout au long de la vie.

Le point d’orgue de cette conférence fut l’intervention de Malala Yousafzai, Prix Nobel de la Paix et cofondatrice du Fonds Malala. Elle a exhorté les participants et les responsables politiques à « investir dans l’éducation des filles ».

La tenue de trois tables rondes interactives a permis de mettre en lumière des initiatives innovantes pour améliorer l’accès des filles et des femmes à une éducation de qualité et d’encourager à une action collective afin d’atteindre les engagements de l’Agenda 2030 en faveur de l’éducation des filles, de l’émancipation des femmes et de l’égalité de genre.

Les trois grands thèmes abordés furent : les liens entre éducation, infrastructures et questions de santé ainsi que de nutrition, le renforcement des compétences et de l’accès à l’emploi grâce à la science et aux technologies numériques et l’innovation pour combattre les stéréotypes.

Cette conférence fut l’occasion pour l’UNESCO de présenter sa nouvelle campagne intitulée « Son éducation, notre avenir » qui vise à encourager la coopération internationale autour de trois piliers principaux : de meilleures données, de meilleures politiques et de meilleures pratiques pour l’autonomisation des filles et des femmes par l’éducation. https://fr.unesco.org/themes/education-egalite-genres/son-education-notre-avenir

6ème rencontre à Valenciennes des clubs Rotary/sites Unesco

Par Serge Gouteyron

Plus d’une centaine de rotariens venus de toute la France ont participé à la 6ème rencontre clubs rotary/sites Unesco à Valenciennes.

Il s’agissait de célébrer le 37ème site Unesco français (en 2012), celui du patrimoine minier.

L’association des clubs Rotary/Sites Unesco est présidée par Jean Pierre Remazeilhes. Rappelons la mémoire de Maurice Charbonnières  à l’origine de la première manifestation à  Albi en 2014.

L’occasion de situer cette manifestation dans les relations Rotary/Unesco.

Le Rotary et les rotariens et les Nations Unies ont une longue relation au service de la construction de société pacifique.

D’abord par un plaidoyer public entre les 2 guerres

Ensuite par le rôle qu’ils ont joué dans les conférences de Londres (1942 à 1945) des Ministres de l’Education du monde libre qui aboutira à la création de l’Unesco.

Dans la rédaction de la charte des Nations Unies en 1945 à San Francisco.

Rappelons que le Secrétaire d’Etat américain avait demandé au Président du Rotary de nommer 10 rotariens pour faire partie de la délégation américaine comme il le demandera également pour quelques grandes organisations comme la Croix Rouge.

Rappelons ici en France Et  plus particulièrement dans les Hauts de France, le rôle essentiel joué à cette époque par René Cassin, Prix Nobel de la Paix, premier Président de la commission européenne des droits de l’homme – rotarien à Lille puis à Paris. Il fut probablement le français le plus actif dans ce renouveau  international et humaniste comme il le fut en 1948 à Paris dans l’adoption de la déclaration des droits de l’homme et du citoyen.

Le but de l’Unesco

Préambule : les guerres prennent naissance dans l’esprit des hommes, c’est dans l’esprit des hommes que doivent être élevées les défenses de la paix

Contribuer au maintien de la paix et de la sécurité par la collaboration entre les nations dans les domaines de l’éducation, de la science et de la culture.

Pour assurer le respect universel de la justice et de la loi, des droits de l’homme et des libertés fondamentales pour tous

Les thèmes

  • Education pour tous tout au long de la vie
  • Coopération internationale des politiques scientifiques
  • Dialogue interculturel et principes éthiques
  • Faire connaitre la diversité des expressions culturelles
  • Liberté de penser et diffusion du savoir
  • Partager et transmettre le patrimoine mondial

La coopération Rotary et Unesco

D’abord nous partageons nous rotariens bon nombre des objectifs de l‘Unesco et l’un et l’autre nous avons des approches adaptées pour chaque région du monde en créant des modèles qui reflètent nos programmes.

Il y a eu dans le passé deux conventions de partenariat entre nos organisations :

En 1996 avec Luis Vicente Giay et Fédérico  Mayor

En 2004 avec Jonathan Majiyagbe et Koïchiro Matsuura

Par la suite, cette coopération s’est manifestée avec l’organisation de conférences Rotary / Unesco en 2006, 2012, 2015, 2018 avec les présidents du Rotary International

La prochaine le 28 mars 2020 , conférence présidentielle pour fêter le 75ème anniversaire de la création des Nations Unies et celui de l’Unesco qui est une de ses agences.

ONG

La principale caractéristique de l’Unesco pour rapport aux autres institutions internationales c’est le statut privilégié qu’ont les ONG

400 ONG y sont représentées

70 ont le statut d’association le plus élevé : c’est celui du Rotary

Un comité de liaison de 10 de ces associations est élu pour 2 ans et le Rotary fait partie du comité de liaison.

Patrimoine mondial

La prise  de conscience s’est faite au moment de la construction du barrage d’Assouan et le transfert du Temple d’Abou Smibel.

Et c’est une conférence à Washington en 1966 qui créa la « Fondation pour le patrimoine mondial »

C’est dans ces pas prestigieux que s’inscrit l’association des clubs  Rotary sites Unesco qui après Albi, Fontenay, Carcassonne, le Havre, Provins, est à Valenciennes pour célébrer le patrimoine minier avant de se rendre à Gavarnie et Lyon.

Félicitations à Daniel Cappelle principal conférencier et organisateur avec le club de Valenciennes et son président Frédéric Woeffle de ces 6èmes rencontres.

Forum Rotarien transfrontalier des Alpes de la Méditerranée

Par Cyril NOIRTIN
Représentant du Rotary à l’UNESCO

A l’invitation des Gouverneurs des districts Rotary 1730 (France) et 2032 (Italie), j’ai participé au premier forum Rotarien transfrontalier des Alpes de la Méditerranée qui s’est tenu le samedi 6 avril 2019 au Casino de Sanremo en Italie.

En ma qualité de représentant du Rotary à l’UNESCO, j’ai pu intervenir dans une table ronde organisée en soutien à la candidature de l’inscription des «  Alpes de la Méditerranée » au patrimoine mondial de l’UNESCO.

C’est un site transfrontalier, sériel, axé sur les valeurs géologiques et constitué par un périmètre à la fois terrestre et marin appartenant à 3 États : Italie, Monaco et France. Ce territoire est situé au sud de la chaîne alpine, entre les départements des Alpes-Maritimes et des Alpes-de-Haute-Provence dans le sud-est de la France, Monaco et les régions du Piémont et de la Ligurie, dans le nord-ouest de l’Italie.

Nos patrimoines culturel et naturel sont deux sources irremplaçables de vie et d’inspiration. Des lieux aussi extraordinaires et divers que les étendues sauvages du parc national de Serengeti en Afrique orientale, les Pyramides d’Egypte, la Grande Barrière d’Australie et les cathédrales baroques d’Amérique latine constituent le patrimoine de notre monde.

L’idée de créer un mouvement international pour protéger le patrimoine est née après la Première Guerre mondiale. En 1972, un traité international intitulé Convention concernant la protection du patrimoine mondial, culturel et naturel fut adopté par l’UNESCO.

Il encourage l’identification, la protection et la préservation du patrimoine culturel et naturel à travers le monde, considéré comme ayant une valeur exceptionnelle pour l’humanité.

La liste du Patrimoine mondial de l’UNESCO, ou patrimoine de l’humanité, a pour objectif de préserver et transmettre ce patrimoine aux générations futures.

L’événement qui a suscité une prise de conscience internationale particulière a été la décision de construire le barrage d’Assouan en Egypte, ce qui aurait inondé la vallée où se trouvaient les temples d’Abou Simbel, trésors de la civilisation de l’Egypte ancienne. En 1959, l’UNESCO a décidé de lancer une campagne internationale à la suite d’un appel des gouvernements égyptien et soudanais. La recherche archéologique dans les zones qui allaient être inondées a été accélérée ; enfin les temples d’Abou Simbel et de Philae ont été démontés, déplacés et réassemblés. Ce succès a été suivi d’autres campagnes de sauvegarde, notamment pour sauver Venise (Italie) et Mohenjo Daro (Pakistan) et pour restaurer Borobudur (Indonésie).

L’idée de concilier la conservation des sites culturels et celle des sites naturels vient des Etats-Unis d’Amérique.

Une conférence à la Maison-Blanche à Washington, D.C. en 1965 a demandé la création d’une « Fondation du patrimoine mondial » qui stimulerait la coopération internationale afin de protéger « les lieux, les paysages et les sites historiques les plus extraordinaires pour le présent et l’avenir de toute l’humanité ».

En considérant le patrimoine sous ses aspects culturels aussi bien que naturels, la Convention nous rappelle l’interaction entre l’être humain et la nature et la nécessité fondamentale de préserver l’équilibre entre les deux.

En 2014, à l’initiative du Rotary club Albi-La Pérouse, il a été créé une association Entente Clubs Rotary-Sites UNESCO. Celle-ci a pour objectif de regrouper les clubs Rotary implantés à proximité, d’un site inscrit au patrimoine mondial de l’Unesco pour faire découvrir le patrimoine mais aussi pour permettre aux clubs de se retrouver et de travailler et réfléchir ensemble sur les valeurs communes et les actions pouvant être faites (culture de la paix, sauvegarde du patrimoine, solidarité, ….).

Ces actions démontre une nouvelle fois, que les clubs et districts Rotary, en travaillant avec l’UNESCO, peuvent étendre leur impact et projeter de nouvelles actions notamment dans les domaines de l’éducation, de la culture, du développement durable et de la promotion de l’éthique.

Les Comités Inter-Pays soutien de l’Action Internationale

Par Bertrand Baranovsky
Président de la section française du CIP France Russie

Un concours international de musique du Rotary qui s’adresse à des enfants âgés de 8 à 12 ans,  issus de famille démunies,  a été créé par le Rotary Club Moscou  International en 2002. Depuis sa création, de nombreux concerts ont été organisés en Italie, en Espagne, en Allemagne, en Autriche et en République Tchèque pour le faire découvrir.

Cette année, l’un des membres fondateurs de cet évènement, Josef Marous, souhaitait  faire découvrir ce concours aux Rotariens des clubs de Paris. C’est pourquoi, il m’a contacté en tant que Président du CIP France-Russie. Un concert avec l’une des anciennes lauréates, Maria Andreeva, a pu être organisé à la Résidence de l’ambassadeur de Russie à Paris le 21 mars 2019, sous le haut patronage de son Excellence Alexey Meshkov.

Avec le soutien de Catherine Mulnet, Gouverneur du District 1660 qui a relayé l’invitation aux clubs de Paris, 70 rotariens de Paris auxquels s’étaient joint des membres du CIP France-Russie et des Rotariens du club de Moscou-Est, ont participé à cette soirée prestigieuse sous le signe de l’amitié et la compréhension entre les peuples.

Le Comité Interpays France Russie a été créé il y a 24 ans, le 8 mars 1995 à Moscou.

Ses actions sont multiples, entre autres  : parrainage et création  de 12 clubs en Fédération de Russie – brochure rotarienne en langue russe – 3 tournées de 10 spectacles de l’ensemble de chants et de danses Loktev 80 participants – équipement d’un centre de protection maternelle et infantile et formation de médecins – fréquentes rencontres de jeunes – formation de professeur de français – soutien à des jeunes virtuoses – regards croisés – participation à des conférences internationales  en  Russie et en France

 

Le Rotary connecte le monde

Par Serge Gouteyron

Connecter le monde pour assurer la dignité de chacun, protéger la planète et construire une société pacifique.

Assurer le développement du Rotary, c’est rechercher de nouvelles voies d’accès au Rotary, envisager des formats nouveaux de clubs – Etre innovant jusqu’à l’innovation de rupture en créant au sein des clubs et des districts des commissions effectif puissantes et diversifiées afin de répondre aux causes de la défection de nos membres..

Assurer le développement du Rotary, c’est prendre en compte la famille (voir le message de Mark Maloney sur mon blog de septembre 2013) et les contraintes de notre temps. C’est adapter à tout moment le fonctionnement de notre organisation.

Assurer le développement du Rotary, c’est se comporter en leader.

Le président élu Mark Maloney célèbrera l’an prochain le 75ème anniversaire de la création des Nations Unies en organisant les conférences présidentielles sur les sites des Nations Unies. L’occasion de rappeler ou de faire mieux connaître le rôle du Rotary au sein des institutions internationales.

Les Nations Unies rapprochent les Etats pour leur sécurité et le développement tandis que le Rotary contribue dans ces mêmes pays au progrès social et humain.

Une belle opportunité pour connecter le Rotary et les Nations Unies dans la réalisation des objectifs 2030 du développement durable.

6 objectifs sont déjà dans nos priorités et les 11 autres tout proches de la démarche rotarienne :

  • Eliminer la faim et la pauvreté
    Mettre en place des banques de germes et de plants – une protection sociale – le  microcrédit
  • Stopper les épidémies de Sida, de tuberculose et de paludisme. Faire baisser la mortalité maternelle et infantile. Assurer l’accès aux soins et aux médicaments pour tous
  • De l’eau potable et des sanitaires partout
  • Savoir lire, écrire compter. Vaincre l’illettrisme
    Accéder à l’enseignement supérieur, technique et professionnel. Garantir l’éducation des filles
  • Promouvoir une croissance économique soutenue, l’entreprenariat et une stratégie mondiale pour l’emploi des jeunes – Partager les ressources et le savoir
    De l’énergie et internet partout – Supprimer le travail des enfants
  • Penser les programmes de ville ouverte – les transports – la gestion des déchets
  • Vivre dans un environnement sain, partager les ressources naturelles, lutter contre la répercussion des changements climatiques, exploiter de manière durable les océans
  • Favoriser le dialogue entre les cultures, les religions, la résolution des conflits. Lutter contre l’extrémisme violent et la corruption, renforcer l’état de droit, l’éducation à la citoyenneté
  • Des partenariats publics et privés – Aide au développement 0.70% du produit intérieur brut

Les précédents objectifs ceux du millénaire, ont fait  progresser largement la lutte contre la pauvreté, l’accès à l’eau et à la santé, l’éducation et l’illettrisme.

Les objectifs pour 2030 touchent tous les aspects du développement avec cette fois-ci des objectifs qualitatifs  et humains.

Le Rotary International est l’une des grandes organisations de service privée.

Imaginons que les Nations Unies et le Rotary s’associent dans une nouvelle initiative pour le développement  comme celle de Polio Plus en 1985.

Quelle avancée  !