LA CULTURE DU ROTARY

Blog de Serge GOUTEYRON

LA CULTURE DU ROTARY - Blog de Serge GOUTEYRON

Construire la paix avec le Rotary

Par Serge Gouteyron

Le 4 avril 2015 à la maison de l’UNESCO à Paris, les rotariens ont réaffirmé leur engagement pour faire vivre la paix civile à travers la culture du Rotary, celle qui induit les comportements loyaux et équitables, le respect des droits humains, la compréhension de l’autre, le progrès économique et social durable et une gouvernance éthique.

Séminaire du Comité interpays France Etats Unis le 1er octobre 2016 Ecole Militaire à Paris

Séminaire du Comité interpays France Etats Unis le 1er octobre 2016
Ecole Militaire à Paris

Tous éléments qui forgent la cohésion sociale d’un pays, préalable à la paix.

Le plaidoyer des rotariens pour la paix a débuté en 1921, lorsque le Rotary International a adopté son 4e but « l’aide à l’avancement de la paix ».

  • Le Rotary a contribué et s’est impliqué dans la création d’institutions internationales, capables de garantir la paix, comme l‘ONU et l’UNESCO
  • Dans le même temps, le Rotary lançait en interne  le programme des comités interpays afin de promouvoir l’avènement de sociétés pacifiques.
  • Toujours dans cette période, le Rotary a mis en place des programmes spécifiques pour les jeunes pour les préparer à leur rôle futur de leaders.
  • Puis, grâce au développement des clubs sur le terrain, le Rotary et sa Fondation ont concentré leurs efforts à travers « la paix par le service » avec comme domaines prioritaires l’éducation pour tous et la lutte contre l’illettrisme, l’eau potable partout, le développement économique local pour lutter contre la faim et la pauvreté, la prévention et la résolution des conflits, le traitement des maladies, la santé de la mère et de l’enfant et l’éradication de la poliomyélite.

Ce n’est pas un hasard si ces programmes rejoignent les objectifs du développement de l’Organisation des Nations Unies.

Plus récemment, la création des centres d’études pour la paix a permis de former un millier  de jeunes ambassadeurs pour la paix.

Et aujourd’hui, alors que les sites du patrimoine mondial de l’Unesco nous confrontent au génie humain, comment ne pas envisager un réveil des consciences.

Mais dans l’immédiat, pour répondre aux menaces grandissantes contre la paix, le Rotary International fort d’un réseau amical de 1 200 000 membres dans 34 0000 clubs, apolitique et non confessionnel, se doit de renforcer son influence dans la société.

Car, sa pensée, ses valeurs, ses actes sont des atouts  pour la construction d’une paix durable.

 

Préface au document de synthèse
« Préservation du patrimoine mondial : un instrument de paix ? »

 

 

 

De la promotion à la construction de la paix avec les ONG

Par Cyril NOIRTIN,
Représentant du Rotary International à L’UNESCO

Dans le cadre des directives qui régissent le partenariat entre l’UNESCO et les ONG en relation officielle, il est prévu la tenue de « forums internationaux des ONG » traitant des thèmes prioritaires du programme de l’UNESCO.

Ces forums sont organisés par le Comité́ de liaison ONG-UNESCO en étroite coopération avec le Secrétariat de l’UNESCO et avec la participation active des ONG partenaires.

Le Rotary International, membre actuel du comité de liaison et représenté à l’UNESCO par Serge Gouteyron et Cyril Noirtin, a été l’un des organisateurs du 6ème Forum qui s’est déroulé les 3 et 4 novembre 2016 à Querétaro au Mexique.

Les membres du comité d'organisation du Forum

Les membres du comité d’organisation du Forum

Après avoir traité de l’éducation, de l’accès à l’eau en Afrique, du rôle de la jeunesse dans la sauvegarde du patrimoine culturel matériel et immatériel, du rôle des femmes dans la lutte contre la pauvreté et du rapprochement des cultures, ce 6ème Forum avait pour thème « De la promotion à la construction de la paix avec les ONG ».

Il a rassemblé plus de 600 participants représentant une cinquantaine d’ONG internationales en relations officielles avec l’UNESCO mais aussi des ONG nationales et locales qui œuvrent au développement d’une culture de la paix tous ensemble et à tous les niveaux.

img_6662

Ces deux jours de présentations et de débats ont permis de mettre en lumière des expériences significatives de la promotion et de la construction de la paix par les ONG.

Les nombreuses actions qui sont menées par les représentants de la société civile adressent l’un des défis principaux : mieux dialoguer, se comprendre, partager avec et entre cultures et civilisations différentes.

Aussi, lorsque nous avons commencé, il y a un an, à travailler sur ce forum, notre volonté était de permettre au plus grand nombre d’ONG de contribuer à la préparation du programme et notamment de faire participer les ONG qui n’ont pas de représentant permanent au siège de l’UNESCO à Paris.

queretaro2

Nous avons donc mis en place une plateforme Internet de discussion.

Le résultat a été bien au-delà de nos espérances, tant sur le plan de la diversité des contributions que sur la qualité et la densité des réflexions.

Plus d’une centaine d’ONG ont participé aux discussions en ligne sur une ou plusieurs des thématiques qui étaient proposées en donnant leur point de vue et en réagissant aux autres messages.

Le programme du forum s’est organisé autour de 3 thèmes :

  • L’éducation : le chemin pour une paix durable
  • L’engagement des jeunes pour la paix
  • Culture et Sport : outils pour la paix

Parmi les différentes sessions, une table ronde fut organisée sur le thème de «L’enseignement supérieur : de la recherche à l’action» avec pour intervenant, Ed Futa, ancien Secrétaire Général du Rotary International.

Intervention d’Ed Futa, ancien Secrétaire Général du Rotary International lors du panel sur l’enseignement supérieur présidé par Cyril Noirtin

L’action que mène l’UNESCO et de très nombreuses ONG à travers le monde pour « Construire la paix dans l’esprit des hommes et des femmes » nécessite que nous soyons en capacité à innover et donc à proposer des solutions novatrices pour faire face aux trop nombreux conflits, souvent de longue durée, et devant la montée des crises humanitaires qui souvent en découle. Nous devons en comprendre les origines et être en mesure de proposer des stratégies pour prévenir toute forme de radicalisation et de haine.

Le rôle de l’enseignement supérieur et de la recherche dans les domaines de la paix et de la résolution des conflits ou plus généralement d’ailleurs, n’a jamais été aussi pertinent.

Nos centres du Rotary pour la paix sont un de nos programmes phares. C’est un programme de partenariat universitaire qui offre une formation innovante, l’étude et la pratique dans le domaine de la paix et de la prévention des conflits.

Plus de 800 nouveaux acteurs pour la paix ont été ainsi formés ces 10 dernières années et 50% des jeunes proviennent de pays en voie de développement.

Les participants à ce Forum de Querétaro ont conclu que, vue toute l’importance de l’éducation dans l’édification de la paix et surtout du rôle de la jeunesse en tant qu’acteur véritable du changement positif, il pourrait être envisagé de créer un réseau de la jeunesse pour une culture de la paix grâce à l’utilisation des réseaux sociaux.

Intervention de Stéphane Nze-Nguema, membre du Rotaract de Librevillel ors du panel sur l'engagement des jeunes pour la paix

Intervention de Stéphane Nze-Nguema, membre du Rotaract de Libreville lors du panel sur l’engagement des jeunes pour la paix

Ce réseau aurait pour objectif la coordination des activités des organisations de jeunesse et d’intégrer les priorités des jeunes et leur participation effective dans la mise en œuvre des objectifs du développement durable tout en renforçant leur expertise et leurs compétences dans le domaine de la paix.

L’engagement du Rotary International dans l’organisation de cette conférence s’est inscrit dans la continuité de l’action que nous menons au quotidien sein de l’UNESCO pour construire un monde de paix. Cet engagement a été d’ailleurs reconnu par les ONG partenaires de l’UNESCO qui nous ont élus pour deux mandats au comité de liaison ONG UNESCO afin de représenter les intérêts de la société civil auprès de l’Organisation.

Comme avec l’ONU et d’autres organisations inter-gouvernementales, le partenariat entre le Rotary et l’UNESCO s’est considérablement renforcé. Notre collaboration a pu ainsi progresser de manière graduelle et elle bénéficie encore plus qu’avant d’une relation forte.

Nous avons la même vision, les mêmes objectifs et des programmes semblables. Nous partageons la même philosophie. Nous défendons l’éducation. Nous sommes l’un et l’autre des avocats de la diversité culturelle. Nous sommes convaincus que le dialogue des cultures est source de tolérance et de respect.

Nous devons poursuivre et intensifier nos actions avec l’UNESCO et notre participation dans ses programmes car le Rotary International doit se considérer et être considéré comme un membre important de cette Société civile.

Cela est essentiel pour que le Rotary conserve la place qui lui revient et continue à faire valoir, aussi à l’UNESCO, les principes rotariens au service de la paix, de la compréhension et du respect entre les peuples et les nations, conformément à notre vision partagée de la culture de la paix.

Cyril Noirtin en compagnie de représentants du comité de liaison ONG/UNESCO et de responsables du secrétariat de l'UNESCO

Cyril Noirtin en compagnie de représentants du comité de liaison ONG/UNESCO et de responsables du secrétariat de l’UNESCO

24 octobre journée mondiale pour l’éradication de la poliomyélite

Par Serge Gouteyron

Le  Rotary au service de l’humanité !

Le Rotary a été la conscience et l’avocat du combat contre le virus de la poliomyélite. C’est en 1985, année du 40ème anniversaire de l’ONU et du 80ème anniversaire du Rotary  que Carlo Canseco, Président du Rotary annonça devant les chefs d’états du monde réunis à l’assemblée générale des Nations Unies que le Rotary prenait l’engagement de vacciner 80% de la population mondiale.

canseco-sabin

Il y avait en 1985 : 400 000 cas de polio, il y en a 106 à fin septembre 2016 dans 8 pays : Pakistan, Afghanistan, Nigeria (pays endémiques) et Guinée, Laos Madagascar, Myanmar Ukraine.

Mais vacciner 450 millions d’enfants de moins de 5 ans chaque année dans 45 pays, ce n’est pas rien et cela a un coût.

Le Rotary International a contribué par son plaidoyer  à rassembler 13 milliards de dollars (le Rotary apportant lui-même directement 10% de cette somme).

Mais ce que nous devons souligner c’est que grâce au leadership du Rotary, l’initiative PolioPlus, qui regroupent le centre de santé des Etats Unis, l’OMS, l’UNICEF et les organisations non gouvernementales (Rotary et Fondation Gates)   va permettre de vaincre une maladie aussi redoutable que la poliomyélite et au Rotary de laisser aux enfants un monde sans polio.

Ceci pour dire en ce jour de célébration que le monde se porterait mieux si les Etats, les institutions et les ONG travaillaient ensemble plus souvent comme ils ont su le faire  pour éradiquer la polio.

bad17442-28ca-479a-8c14-57254f45feea-original

Un enseignement pour l’avenir !

Avec l’espoir que de telles initiatives se renouvellent par exemple pour la réalisation des objectifs 2030 des Nations Unies.

15151787404_52de615cd7_n

Construire l’entente mondiale avec le Rotary et les Comités Inter-Pays

Par Gwénaël de BERGEVIN
Past président du Conseil Exécutif des comités interpays 2014-2016
Past Gouverneur du district 1650 2004-2005

Un peu d’histoire : le premier Comité Inter-Pays a été créé en 1950 entre l’Allemagne et la France, avec une seule volonté : la réconciliation entre nos deux pays, déchirés par la guerre.

Aujourd’hui, de nombreux conflits sont présents dans le monde. Conflits d’intérêts économiques, politiques, sociaux, religieux,  déplacements de populations évalués à 65 millions de par le monde.

Le Rotary International avec les Comités Inter pays  facilitent le rapprochement  des hommes  des différents pays par les actions réalisées par les clubs afin d’améliorer la vie quotidienne  des peuples en s’appuyant sur  les six axes stratégiques du Rotary International :

  • Paix et préventions /résolutions des conflits,
  • Prévention et traitement des maladies,
  • Eau et assainissement,
  • Santé de la mère et de l’enfant,
  • Alphabétisation et éducation de base,
  • Développement économique et local

Après la charte  entre la France et l’Allemagne en 1950, tout un réseau de Comités Inter-Pays se sont développés en Europe et dans le monde.

Aujourd’hui, les Comités Inter-Pays sont actifs dans 65 pays : Europe, Afrique, Asie, Amérique du Nord et du Sud, et  les  326 Comités exercent des activités  par des efforts humanitaires bilatéraux, menant vers la recherche de l’entente mondiale, dans un esprit de tolérance et de compréhension.

La participation du Conseil Exécutif d’ ICC à plusieurs Conférences Internationales, à l’UNESCO, au CONSEIL DE L’EUROPE, au  SENAT Français,  aux INSTITUTES de MONACO, BERLIN, MARRAKECH, MILAN, BIRMINGHAM, ANTALYA et aux SYMPOSIUMS sur la PAIX en TUNISIE « LES OUTILS DE LA DEMOCRATIE LOCALE et la NOUVELLE CONSTITUTION TUNISIENNE», puis sur l’EAU et l’ ASSAINISSEMENT en ISRAËL et en ROUMANIE, au MEXIQUE  « FESTIVAL ICC », Conférence  Présidentielle  sur la prévention et le traitement des maladies à CANNES, aux Conventions Internationales du Rotary : BANGKOK , SAO PAULO, SEOUL ….   Ainsi qu’au siège du ROTARY INTERNATIONAL à EVANSTON  USA, ont donné l’élan de créativité et de réalisations aux Membres des Comités de par le monde.

LES COMITES INTERPAYS DU MONDE AU CŒUR DE L’EUROPE, 

120 personnes ont participé au Conseil  Exécutif  élargi des Comités Inter-pays les 6 et 7 mai 2016 à Strasbourg. 21 pays, 36 districts et 18 Coordinateurs  régionaux et nationaux étaient présents dans l’enceinte prestigieuse du Conseil de l’Europe à Strasbourg.
Et le deuxième jour au siège du CIC.  Le thème était « Construire  l’entente mondiale avec le rotary et les CIP ».

conseil-de-leurope-2

C’est toujours un évènement historique que  de se réunir tous les trois ans à Strasbourg, ville où est né le premier CIP France Allemagne et Allemagne France,  il y a 65 ans.  A ce jour, nous  comptons 326 sections nationales de CIP actives, et une progression de 15% sur ces deux dernières années.

Rappelons que le Conseil de l’Europe a été créé en mai 1949 par 10 pays sous l’impulsion de Winston Churchill avec l’objectif de garantir la démocratie, le droit et l’expression des valeurs humaines sur lesquelles se fondent les civilisations alors que les régimes communistes couvraient la moitié du continent.

Aujourd’hui les instances du Conseil de l’Europe jouent un rôle clé dans l’entente européenne : Cour européenne des droits de l’homme –  Comité des ministres  (Affaires étrangères) – Assemblée parlementaire – Congrès des pouvoirs locaux et régionaux – Conférence des ONG (dans laquelle siège le Rotary). Le Conseil de l’Europe regroupe 47 nations.

Le Conseil de l’Europe, le Rotary et les Comités inter-pays partagent et œuvrent pour le même idéal: l’avènement d’une société pacifique.

Les intervenants ont présenté:

Le rôle du Conseil de l’Europe dans la construction de l’entente européenne
Le rôle du Rotary au Conseil de l’Europe
Les droits de l’homme et état de droit
Le rôle du Rotary et des Comités inter-pays dans la construction de la paix
La paix dans les pays de la Méditerranée.
Une manifestation qui s’inscrit dans la longue histoire des relations du Rotary et des Institutions Internationales dont les comptes rendus sont sur le site ICC  rotary-icc.org

L’élection du Président du Conseil Exécutif 2020-2022 a eu lieu  et c’est notre ami Cyril Noirtin  Trésorier D’ICC, membre du RC Paris Agora, représentant du RI à l’UNESCO,  qui a été élu.

Il y avait  6  autres candidats de nationalités différentes  (Autrichienne, Belge, Egyptienne, Française, Israélienne, Turque) ce qui démontre  « la bonne santé et l’intérêt suscité » par les CIP.

A plusieurs reprises, dans nos différentes réunions  au Rotary International, nous avons débattu « de la Paix en méditerranée ».   Le Président Gwenaël de BERGEVIN a proposé de constituer un groupe de réflexion  autour de Mohamed Ghamman.  Past – gouverneur du District  9010 et Coordinateur national des Comités Inter-pays de Tunisie «  c’est un domaine où le Rotary et les CIP peuvent par leurs réflexions et actions aller plus loin » cela a été acté par l’ensemble des membres présents. Le « chantier » est important et urgent

conseil-de-leurope

 

La lutte contre l’illettrisme est une priorité du Rotary

Par Maurice Collin

160 000 enfants quittent chaque année le CP sans maîtriser la lecture et l’écriture. Ils perdent ainsi toute chance de réussite scolaire dès l’âge de 6-7 ans et la plupart ne s’en remettront pas.

L’illettrisme, ce sont des personnes, qui ont appris à lire et à écrire, mais qui en ont complètement perdu la pratique et sont incapables de maitriser un texte simple.

L’analphabète est une personne qui n’a jamais appris à lire et à écrire.

L’illettrisme accompagne et aggrave l’exclusion.

Il rend vulnérable face à des discours intégristes.

Une langue pauvre en vocabulaire est une cause de violence.

Nous pensons à ces jeunes prêts à exploser à la première vexation, au premier « manque de respect » comme ils disent. Leurs parents et leurs maîtres n’ont pas su leur transmettre la capacité de mettre pacifiquement en mots leur pensée pour l’autre.

Plus de 20 % de la population française ne possède qu’une langue réduite dans ses ambitions et dans ses moyens : 600 à 800 mots, quand il nous en faut en moyenne 5 000 à 6 000 pour accepter et comprendre nos différences.

Nos politiques disent utiliser 500 mots pour se faire comprendre par leur auditoire.

A Kinshasa, nous avons appris au jeune Bonobo Kanzi 700 mots.

Je suis en relation avec Alain Bentolila, linguiste réputé.

Il a mis au point la « machine à lire ». C’est une application sur tablette destinée à améliorer le niveau français des élèves. C’est le défi de l’endurance et de la compréhension.

Si les personnes en situation d’illettrisme représentent environ

 8 % de la population, les peu lecteurs dépassent les 35 %. Ceux-là n’ouvriront jamais un livre et seront ainsi exclus de notre patrimoine culturel.

L’idée d’Alain Bentolila est proche de l’entrainement progressif d’un coureur à pied. Il veut « tirer » le « peu-lecteur » vers une lecture de plus en plus longue en lui proposant une alternance de plages de lecture autonome et de plages d’écoute du texte.

Je pense qu’on ne dit pas assez que la télévision est un problème de santé publique.

La télévision demande un effort intellectuel bien moins intense que la lecture. La pratique de la lecture à l’âge adulte trouve ses racines dans l’enfance.

La prévisibilité de la production télévisuelle nous tire vers le degré zéro de la compréhension.

Elle éteint notre esprit critique, elle conduit les enfants et leurs parents à la paresse et à la crédulité.

Toute invitation à la lecture devient alors un impossible exploit.

La télévision qui ouvre uniquement au papotage, à l’anecdote, au contact superficiel et à l’émotion, rend réfractaire à la lecture et à l’écriture.

On juge une civilisation sur la façon dont elle s’occupe des plus démunis, notamment des détenus.
Il y a en France 28 prisons et 68 000 détenus.

Pour  lutter contre l’illettrisme parmi les détenus de la  maison d’arrêt de Varces près de Grenoble, nous avons fourni en 2014 un  dictionnaire Larousse de poche 2014 à chaque détenu.

Cette année avec notre past-gouverneur Joël Bessière et le RC de Bourgoin la Tour du Pin nous avons porté un dictionnaire Larousse de poche 2016 aux détenus du centre de détention de Saint-Quentin-Fallavier.
Le dictionnaire est un véritable outil de travail pour les détenus.

Ecoutons Jacqueline de Romilly, cette grande dame :

«  Apprendre à penser, à réfléchir, à être précis, à peser les termes de son discours, à échanger les concepts, à écouter l’autre, c’est être capable de dialoguer ; c’est le seul moyen d’endiguer la violence qui monte en nous. La parole est le rempart contre la bestialité ».

Mais la lutte contre l’illettrisme ne va pas sans

La défense du français 

« Avec l’anglais on va au bout du monde, avec le français, on va au bout des choses. »

Le français est après le latin, la langue la plus précise et la plus concise au monde, ce pourquoi elle a été pendant des siècles la langue diplomatique européenne.

Si les résolutions de l’ONU étaient rédigées en français, il ne pourrait pas en exister deux lectures, israélienne et palestinienne.

Le français est avec l’anglais la seule langue dont on trouve des locuteurs où que l’on aille dans le monde.

C’est la raison pour laquelle il est la cible de l’impérialisme linguistique anglo-étasunien, comme principal concurrent à la mondialisation de la langue anglaise.

Je comprends la colère de Michel Serres qui veut faire la grève contre l’invasion de l’anglais, contre les publicités en anglais.

Il s’en prend à la classe dominante qui ne veut pas parler la même langue que le peuple. La classe dominante parle anglais et le français est devenu la langue des pauvres.

 La mode se répand d’enseigner dans les écoles françaises en anglais. Un pays qui oblige ses élites à écrire ou enseigner dans une autre langue que la sienne est en danger de mort.

« Ma patrie, c’est la langue française » écrivait Camus.

«  En France, nous sommes magnifiquement divers, mais nous partageons une culture commune, parce que nous sommes liés et reliés par la chose précieuse et miraculeuse qu’est la langue française » dit François Cheng, poète et académicien.

Apprenant que M. André Vallini, ancien Président du Conseil Général de l’Isère, est actuellement « Secrétaire d’Etat au Développement et à la Francophonie », je lui ai écrit :

« Nous avons le devoir de contribuer au combat contre l’illettrisme et l’analphabétisme dans toute la « francophonie du Sud ».

Analphabète rime avec non francophone.

Au Sénégal, berceau de la francophonie africaine, il y a au moins 65 % d’analphabètes.

Au Maroc, plus de 50 % de la population est analphabète et donc une maîtrise quasi nulle de la langue française.

Au Mali, 83 % de la population est analphabète.

« Il nous faut refuser que la langue française, que nous avons jadis imposée dans ces pays, devienne aujourd’hui complice de l’inégalité sociale et de l’échec scolaire ».

L’an dernier en 2015, j’ai fait venir à Madagascar 1150 dictionnaires Larousse de poche 2015. Nous les avons distribué aux enseignants et dans les prisons. Cette action répond à un besoin et à une demande.

Cette année, en mars 2016, j’ai apporté 30 dictionnaires Larousse de poche 2016 que nous avons distribués dans les écoles de Kinshasa en RD du Congo.

Ces dictionnaires Larousse de poche sont très demandés. Ils contribuent efficacement au maintien et au développement de la francophonie…. ».

dictionnaires-remis-aux-institutrices_-photo

Il m’a répondu : « Je tiens à vous remercier et à vous féliciter pour votre implication personnelle dans la lutte contre l’illettrisme à Madagascar, qui, comme vous le rappelez justement, accompagne et aggrave l’exclusion, et rend vulnérable les populations qu’il touche. J’ai demandé à mon Directeur de cabinet de se tenir à votre disposition ».

J’ai bon espoir qu’avec son aide, je pourrai prochainement emmener 500 dictionnaires de poche 2016 pour les écoles de Madagascar.

Maurice Collin est membre du Rotary club de Grenoble-Belledonne – District 1780. Médecin Pédiatre en retraite, il est très engagé dans les missions humanitaires et éducatives en particulier en République Démocratique du Congo, à Madagascar, en Equateur ….

Il a reçu le Prix Servir d’Abord du Rotary et il est Chevalier de la Légion d’Honneur .

A propos du vice-président du Rotary International

Par Serge Gouteyron

J’ai eu le privilège de servir le Rotary International comme vice-président en 2005-2006 (la 2ème année de mon mandat d’administrateur).

Le vice-président occupe une place de choix dans l’organigramme du Rotary, en cas de défaillance du  Président, c’est le vice-président qui est appelé à lui succéder (et non le Président élu) : une réplique de la constitution des Etats Unis.

dsc04152

Le poste de vice-président dans l’histoire échoit rarement à un européen (c’est le plus souvent le poste de trésorier). Le dernier vice-président européen était Carlo Ravizza en 1985 comme le dernier vice-président français avant moi était Jacques Giraud (1er vice-président en 1962), avant 1978, il  y  avait 3 vice-présidents : 1  par grande région rotarienne.

Remarquons qu’un vice-président sur 2 à peu près devient président quelques années plus tard.

Suivant l’usage, c’est le Président qui propose au conseil d’administration le nom du vice-président. Dans mon cas, cela s’est passé au lendemain de la convention de Chicago (le président Stenhammar m’avait informé quelques semaines auparavant). Cette proposition sera accueillie par les applaudissements de mes collègues. Je succédai à John Germ (le vice-président de Glenn Estess) qui est l’actuel président du Rotary.

Sinon le vice-président remplit les missions que le Président lui confie. J’ai donc pu à ce titre entrer dans la peau d’un Président à l’invitation des rotariens à Beyrouth,  Lisbonne, Naples, Capri, Moscou, Boston  et autres lieux français.

J’ai reçu, au nom du Rotary International et de son Président, 2 prix pour notre action en faveur de l’éradication de la polio : le 1er  à Chicago remis par l’Eglise Luthérienne et le 2ème à St Domingue remis par l’association internationale Wango (plus connue sous le nom de Moon).

Parmi toutes ses fonctions, le Vice-Président est également membre de droit de la commission exécutive dont l’une des tâches est l’évaluation chaque année du secrétaire général, il est aussi membre de droit de la commission commune Rotary/Fondation au cours de laquelle j’ai eu à protester contre la fermeture du centre pour la paix de Paris (car sans proposition alternative).

Un autre rôle du Vice-Président (important sans doute mais moins visible) se niche dans les relations internes du conseil d’administration. Modérateur,  dans les débats les plus tendus en en particulier lorsque le Président n’est pas en phase avec son conseil (ce qui arrive), confident (sur les sujets sensibles), vigilant lorsqu’il s’agissait pour moi de mettre en valeur la pensée rotarienne.

Dix années sont passées. Que retenir de ces années !

Avons-nous avancé dans le bon sens ? Certes, nous nous sommes efforcés de faire rayonner le Rotary mais l’influence des hommes sur le système est limitée, c’est l’organisation qui a toujours le dernier mot.

Mais ce n’est pas plus mal ainsi, cela évite les dérives

En tout état de cause, une aventure rotarienne et humaine sans pareil !

A propos de l’administrateur du Rotary International

Par Serge Gouteyron

Retour quelques dix années en arrière sur ma fonction d’administrateur : une fonction méconnue.

2005-chicagoIl faut bien comprendre que la tâche principale de l’administrateur est de gérer le Rotary International, les clubs et les districts, les programmes, les finances et les commissions du Rotary …   sur la base de propositions apportées au Conseil  par  le secrétaire général, son staff et le Président. Remarque : les initiatives personnelles des administrateurs  hors de ce cadre sont rares mais aboutissent quelquefois.

J’ai eu la chance que 3 de mes propositions soient devenues des décisions du Conseil d’Administration :

·       Il a reconnu et valorisé l’action des comités interpays avant que le conseil suivant (en 2007) approuve le nouveau code de procédures des comités interpays

·       Une autre décision du conseil d’administration reconnaîtra l’organisation internationale de la francophonie comme une institution internationale dans laquelle de Rotary sera représenté (cela 8 ans avant que le Commonwealth soit lui-même reconnu)

·       Une 3ème décision, avec mon collègue canadien aboutira à la mise en œuvre des groupes d’action rotariens pour soutenir les 6 priorités d’actions du plan stratégique.

Comme souvent dans ce type d’instance, les relations personnelles jouent un grand rôle dans les décisions.

Mais il y eut également des moments difficiles, au moins 2, lorsque le centre d’études internationales pour la paix  à Sciences Po Paris a été fermé (sans proposition alternative) mais également lorsqu’il fallut annuler le choix du comité de nomination du président pour campagne électorale. Décision qui sera confirmée à la convention de Copenhague après une mise en scène qui est restée dans la mémoire des présents.

Sinon des débats quelquefois passionnés sur plusieurs sujets ont débouché sur des décisions : – pour ma part sur le développement du Rotary en Chine, sur la création du 1er district de Russie, sur la mise en oeuvre du plan stratégique…..

Une belle satisfaction aura été d’organiser avec la promotion des gouverneurs 2004-2005, le peut déjeuner francophone à la convention de Chicago. Lieu de rencontre  qui  fera place l’année suivante au cocktail organisé avec le soutien du magazine Le Rotarien qui perdure toujours. Très couru par les dirigeants du Rotary (à Salt Lake City pas moins de 12 administrateurs et 4 past présidents y seront présents).

Autre débat sous tension qui revient périodiquement : la composition des zones, c’est à dire  rééquilibrer les zones en fonction du nombre de rotariens. L’enjeu est le nombre de sièges au Conseil d’administration et dans la commission d’élection du Président et  l’influence qui va avec.

C’est un sujet sensible car les rotariens des Etats Unis vont bientôt  perdre leur leadership originel.

Il nous faut lancer une réflexion sur ce point et sans doute adapter notre gouvernance pour que la place de l’Europe, dans cette confrontation, soit sauvegardée et avec elle sa conception du Rotary.

Le triangle de Weimar

Message de Roland Dumas
Séminaire Ryla du 24 au 28 août 2016 à Varsovie
Organisé par le comité interpays Allemagne Pologne sous les auspices du comité pour la coopération Franco-Germano-Polonaise

Chers jeunes amis

dumasEt voilà :  le Triangle de Weimar a 25 ans. Il est donc  sans doute déjà un peu plus âgé que la plupart des participants de cette audience.

Je constate avec plaisir que vous, les jeunes, n’ont pas attendu les appels et les messages des représentants des gouvernements pour s’impliquer dans des activités qui réunissent les trois pays du Triangle de Weimar. Vous avez parfaitement compris que l’Union européenne vous offrait un extraordinaire cadre de vie dont vous entendez profiter le plus possible.  Vous l’approprient  systématiquement en allant étudier dans les pays européens et en suivant avec avidité les cours sur l ‘histoire de l’Europe et sur l’intégration européenne. Vous écrivez même des mémoires et des thèses de doctorat sur le Triangle de Weimar et en particulier sur l’art et la culture dans nos trois pays.

Je souhaite très fortement que la France, l’Allemagne et la Pologne mais également les principales institutions de l’Union européenne élèvent la culture, l’enseignement,  la recherche et  la formation au rang des priorités car elles seront décisives pour un avenir commun et partagé. Il faut que les étudiants, les chercheurs et les enseignants prennent ces affaires en main, sans craindre de bousculer les hommes politiques afin que l’Europe des universités et de la culture devienne une réalité. Et bravo si le Triangle de Weimar et les pays qui le constituent contribuent à la rendre encore plus vivante. La mission du Triangle de Weimar ne se limite pas à la politique et à la diplomatie.

triangle

Qu’il me soit ainsi permis d’affirmer avec force que le Triangle de Weimar a répondu aux préoccupations qui étaient les nôtres lors de sa fondation il y a 25 ans. Je me réjouis de constater qu’il reste – un quart de siècle plus tard – en place aujourd’hui ; je suis convaincu qu’il jouera un  rôle différent mais aussi important que dans la première période. Je suis pour le maintien, le renforcement et l’amélioration du fonctionnement du Triangle de Weimar ; il a prouvé son utilité depuis les années 1990, nous aurons encore davantage besoin de lui à l’avenir. Après tout,  le Triangle  de Weimar offre de nombreuses opportunités qui n’ont pas encore été mises en valeur de façon systématique.

Ne nous trompons pas. Le Triangle de Weimar est ce qu’il est et il ne peut se substituer à autre chose. Avec son originalité, ses moyens et ses insuffisances. D’autres structures étatiques ou paraétatiques gèrent les affaires publiques avec des moyens financiers considérables. Le Triangle de Weimar est là pour corriger les orientations qui ne sont pas satisfaisantes, suggérer et donner des idées. Après tout, personne n’a le monopole des idées. Je souhaite que le Triangle de Weimar vive de lui-même. Je souhaite que la vision des pères-fondateurs du Triangle de Weimar conçue  il y 25 ans continue d’inspirer la jeunesse européenne pour continuer à leur manière le parcours conduisant à une Europe unifiée devant les nouveaux défis à l’échelle mondiale.

Votre réunion ici à Varsovie est un des plus beaux cadeaux pour le grand anniversaire du Triangle de Weimar et je vous en félicite.

Roland Dumas
Ancien Ministre des Affaires étrangères
Président  honoraire du Conseil  Constitutionnel
Co-Fondateur du Triangle de Weimar

Document transmis par Klaus-Heinrich Standke du club de Berlin
Membre d’honneur du club de Cabourg – ancien sous-directeur général des sciences exactes et naturelles à l’Unesco

Le Rotary de demain

Par Gérard Allonneau
Administrateur du Rotary International 2016/2018

Gérard Allonneau, RI director, 2016-18.

Toutes les grandes organisations qui ont structuré le siècle dernier ont posé le problème de leur avenir : partis politiques, syndicats, églises, clubs-service.

La crise économique et sociale que nous traversons fait parler de déclin mais nous pouvons aussi la considérer comme un moment privilégié pour réagir positivement par le changement et l’innovation.

C’est ce que le Rotary préconisait dès sa création. Demain, le Rotary offrira toujours une aventure collective, passionnante et productive à ses membres car nos pratiques sont déjà en pleine évolution.

LES ROTAY-CLUBS CHANGERONT LEUR MODE DE FONCTIONNEMENT

Les membres que nous cherchons à recruter aujourd’hui  manquent de temps, ont des obligations envers leur famille et manquent de moyens financiers. C’est un constat à prendre vraiment en compte pour demain. Le Rotary International l’a très bien compris en proposant de nouvelles formes de clubs (satellite, innovation, e-club) et de nouveaux statuts de membre (associé, corporate). Tous les Rotary-clubs n’ont plus l’obligation d’être traditionnels.

En conséquence, le règlement intérieur de nos clubs sera adapté aux possibilités des membres. Les cotisations seront ajustées. Le planning des réunions sera revu pour une meilleure efficacité et en privilégiant le temps consacré aux actions. Un club pourra demain offrir en alternance des réunions en personne et en ligne.

Les jeunes Rotariens sont habitués à retrouver leurs amis dans un « nuage ». La communication numérique est aujourd’hui notre principal mode de communication. Le Rotary International a su proposer  toutes les formes de supports modernes à ses membres : My Rotary, Show-case, Rotary-club Central … Le Rotary est présent sur tous les réseaux sociaux.  Les districts, les clubs et les membres sont invités à suivre ce mouvement  Demain cette communication sera encore plus dense avec même des supports que nous ne connaissons pas encore. Le fonctionnement d’un Rotary-club ne peut que s’adapter à cette modernité.

UN  MENTORAT ACTIF SERA PROPOSE AUX NOUVEAUX ROTARIENS

Notre politique traditionnelle d’accueil et d’intégration ne suffit plus. Les nouveaux membres d’un Rotary-club veulent passer à l’action tout de suite, avoir un impact, élargir leurs horizons et leurs réseaux. Les aînés doivent les accompagner dans leurs attentes. La mixité des générations est une force à utiliser.  Le Rotarien d’aujourd’hui doit obligatoirement transmettre ses connaissances aux Rotariens de demain. C’est une évidence mais nous devons organiser concrètement cette transmission.

Le mentorat est une démarche de compagnonnage et d’engagement. Engager les membres, c’est les fidéliser. Les aînés aident les nouveaux à s’intégrer. Ces derniers apprennent aux aînés à changer leur vision du monde. Parler de nouveaux membres dans un Rotary-club de demain, c’est parler de jeunes professionnels, hommes et femmes d’aujourd’hui. Il en va de la conservation de notre identité.

Un Rotary-club est reconnu par ses actions. Elles créent du dynamisme,  apportent de la reconnaissance aux membres et attirent de nouveaux membres.  Un mentorat actif se déroule au cours d’une conduite d’action sur le terrain et non par une formation théorique : mentorat par l’action. Ce sont les résultats concrets d’une action qui vont favoriser l’adhésion, l’appartenance et l’engagement des membres. Les Séminaires de Formation pourraient être envisagés à partir de simulation  de conduite d’action selon le même principe. Par exemple,  lors d’un SFPE, apprendre aux Présidents de club à mener une action phare.

LES JEUNES PROFESSIONNELS SERONT ATTIRES PAR LE ROTARY

L’action Jeunes générations a un rôle fondamental pour le Rotary de demain. Les programmes pour la jeunesse attirent chaque année de très nombreux jeunes qui ont l’occasion de connaître et apprécier le Rotary. Les districts vont aujourd’hui à la rencontre de ces jeunes et leur proposent de rester dans la famille Rotary. Demain, ces bénéficiaires seront Rotariens car nous saurons les écouter.

Le Rotary International a fait des choix positifs en affirmant que le Rotaract est club partenaire du  Rotary et en lançant une campagne pour les jeunes professionnels au Rotary. Les Rotaractiens ont déjà beaucoup à nous apprendre sur le Rotary de demain. Travailler avec eux en menant des actions en commun sera très bénéfique. Nous aiderons ainsi les Rotaractiens à faire le pas vers le Rotary. Ils nous communiqueront non seulement leur enthousiasme à œuvrer pour servir d’abord mais encore leur joie de vivre en groupe.

Une suggestion du Rotary International : organiser un programme de mentorat professionnel de district pour mettre en contact Rotaractiens et Rotariens exerçant la même profession. Ceci peut aussi intéresser les jeunes professionnels rotariens. Nos clubs  multi générationnels offrent un réseau et des possibilités de développement professionnel et personnel. Beaucoup de jeunes sont attirés par notre engagement pour l’Éthique et la Paix. L’avenir du Rotary peut être ainsi assuré.

LE LEADERSHIP AU ROTARY VA CHANGER

Un leader sera reconnu comme tel par les jeunes professionnels que s’il est participatif, créatif, décontracté et convivial. Il devra créer une bonne ambiance de travail et du fun.  Le leader de demain devra écouter et laisser s’exprimer le leadership de chacun. Il laissera place aux opinions divergentes et aux idées nouvelles. Il pratiquera la décentralisation des décisions.

Le plan Vision de notre Fondation a ouvert la voie à des décisions décentralisées en permettant par exemple aux Rotary-clubs d’utiliser des subventions de district pour des projets locaux innovants.

La demande des jeunes d’aujourd’hui est affective et leur besoin d’appartenance à un groupe est très grand. Une organisation, quelle que soit sa finalité, sa taille, son ancienneté, devra demain se considérer comme une « tribu » et offrir une aventure collective à ces jeunes professionnels si elle veut les attirer, les recruter et les fidéliser.  Mais le leadership au Rotary va-t-il vraiment changer ? Pensons au leadership qui animait nos fondateurs autour de Paul Harris.

LE ROTARY MULTIPLIERA LES EVENEMENTS GRAND PUBLIC

Le Rotary organise de plus en plus de grands événements en associant les clubs pour une communication positive et directe avec le grand public.  Ceci nécessite un partenariat des districts ouvert aux grandes organisations à l’image de ce qu’ont fait  le Rotary International et notre Fondation.

Le caractère multi-services de notre organisation ne contribue pas à la clarté de l’image du Rotary. Les nouveaux membres ne seront prêts à s’engager comme bénévoles que si la cause est bien visible. Notre Fondation a donné le ton avec le programme d’éradication de la polio, projet unique au niveau planétaire : « End Polio Now». La promotion de grands événements est une force de communication pour le Rotary d’aujourd’hui et le sera encore plus pour le Rotary de demain.

En France et, plus récemment au Luxembourg et en Belgique,  l’action « Espoir en tête » mobilise Rotary-clubs et  grand public pour assister à une soirée cinéma en partenariat avec le groupe Wald Disney afin de lever des fonds pour fournir des équipements à des centres de recherche sur les maladies du cerveau, grande cause nationale. En Août dernier à Nîmes a été organisé « Cycling to serve », manifestation pour apporter des fonds au programme dont nous venons de parler : « End Polio Now ». D’autres exemples auraient pu illustrer  ce changement de dimension dans les actions. Les grands événements sont des indicateurs très positifs de ce que sera le Rotary de demain.

Demain :

–  LES ROTAY-CLUBS CHANGERONT LEUR MODE DE FONCTIONNEMENT

–  UN  MENTORAT ACTIF SERA PROPOSE AUX NOUVEAUX ROTARIENS

–  LES JEUNES PROFESSIONNELS SERONT ATTIRES PAR LE ROTARY

–  LE LEADERSHIP AU ROTARY VA CHANGER

–  LE ROTARY MULTIPLIERA LES EVENEMENTS GRAND PUBLIC

En France, on dit : « Demain se prépare aujourd’hui ».

3ème rencontre ROTARY/sites UNESCO patrimoine mondial à Carcassonne

Par Serge GOUTEYRON

logo-world-heritage-300x300Très ému par la disparition brutale du fondateur de ces rencontres originales, notre très regretté Maurice.

Je le vois encore heureux, enthousiaste, son appareil photo à la main, soucieux de tous au concert d’orgues à Albi au cours duquel résonnait les tourments d’un lointain passé tandis que le site évoquait pour nous les valeurs de la fraternité universelle.

Les rotariens peuvent être fiers d’avoir initié à Londres en 1942 une conférence internationale en présence de 21 ministres du monde libre, conférence qui devait jeter les bases d’une organisation dédiée à la paix par l’éducation, les sciences et la culture.

Conférence qui décidera de la création de l’UNESCO.

Avec cette superbe pensée de l’acte constitutif de l’UNESCO inscrite au fronton du Palais de Chaillot

« les guerres prennent naissance dans l’esprit des hommes, c’est dans l’esprit des hommes qu’il faut élever les défenses de la paix »

Le Rotary non politique et non confessionnel occupe dans la société civile une place particulière par ses vertus humanistes, son éthique et sa contribution à l’avènement d’une société pacifique.

Mais pour répondre aux menaces grandissantes contre la paix, le Rotary doit renforcer son influence dans la société, créer les conditions du dialogue pour rapprocher les identités culturelles et promouvoir la connaissance, facteur essentiel pour la paix.

Car nous rotariens, nous réaffirmons, comme dit à la dernière conférence du Rotary à l’Unesco, « notre engagement pour faire vivre la paix civile à travers la culture du Rotary ;  celle qui induit des comportements loyaux et équitables, le respect des droits humains, le progrès économique et social durable et une gouvernance éthique. Tous éléments qui forgent la cohésion sociale d’un pays préalable à la paix ».

Aussi sous le beau ciel de Carcassonne et du canal après celui de l’Abbaye de Fontenoy, le programme préparé pour cette 3ème rencontre est particulièrement enchanteur, ce qui vous permettra de vivre un moment privilégié du Rotary

Image169